Image result for Shinzo Abe

«Je vais me rendre à Pearl Harbor» a annoncé, lundi, Shinzo Abe devant les caméras de télévision. «C'est une visite destinée à rendre hommage aux victimes. Nous ne devons pas répéter les horreurs de la guerre», a ajouté le premier ministre japonais. Il séjournera à Hawaï le 26 et 27 décembre et se rendra sur les lieux au côté du président américain sortant, Barack Obama, à l'occasion d'un hommage aux victimes de l'attaque lancée le 7 décembre 1941.

Il y a 75 ans, l'aviation japonaise pilonnait la base navale américaine, tuant 2400 soldats de l'US Army et précipitant l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. En deux heures, elle coulait ou endommageait une vingtaine de navires de la Flotte du Pacifique située sur l'île d'Oahu et détruisait 164 avions.

Cette attaque de l'Empire du soleil levant avait pour objectif d'anéantir la principale flotte de l'armée américaine et survenait en réponse aux sanctions économiques instaurées par Washington en juillet 1941, après l'invasion de la Chine et de l'Indochine française par l'armée impériale japonaise.

Une visite historique

Shinzo Abe sera le premier chef de gouvernement japonais à se rendre sur les lieux de l'attaque pour commémorer cet événement. Le Japon n'y accorde généralement pas une grande attention, contrairement à l'importance dévolue aux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, survenus en août 1945, juste avant la capitulation de l'archipel. 

À l'inverse, aux États-Unis, Pearl Harbor connaît une haute valeur symbolique et le 7 décembre est érigé en journée de souvenir.

Bien que les dates des premiers bombardements atomiques de l'histoire ne soient pas commémorées par les Américains, Barack Obama avait effectué en mai dernier une visite historique à Hiroshima, devenant le premier président américain en fonction à se rendre dans la ville martyre.