Bois Caiman, slave revolt

Dans la nuit du 14 août 1791, les esclaves de Saint Domingue, aujourd'hui Haïti, se réunirent sous la direction d'un prêtre Hougan ou Vodou de la Jamaïque, nommé Dutty Bookman pour l'organisation d'une réunion secrète dans le but de lancer une révolution et mettre fin à l'esclavage dans la colonie française. Bookman a été vendu par son maître britannique à un marchand français parce qu'il était capable d'apprendre lui-même à lire et à écrire, et aussi parce qu'il a été capturé à de nombreuses reprises enseignant à d'autres esclaves comment faire de même. Au lieu de le mettre à mort, comme c'était la règle pour de telles violations, il l'a vendu.

Comme beaucoup ont tendance à croire, Bois Caiman n'est pas le nom de l'endroit réel où la cérémonie Vodou a eu lieu, voici pourquoi. Dutty Bookman, un puissant prêtre vodou, était aussi un islamiste. Comme signe de respect, les autres esclaves ne l'appelaient pas par son nom, ils l'appelaient Imam. Signifiant prêtre islamique. Ainsi lors de l'organisation de la cérémonie, les esclaves ont accepté de rencontrer "Nan Bwa Kay Imam" en créole haïtien, c'est-à-dire dans les bois dans la maison de l'Imam; Puis allez à la grotte où se déroulera la plus grande cérémonie du Vaudou. Avec Mambo Cécile Fatiman, un notable Mambo ou prêtresse Vaudou; Cécile Fatiman était le résultat d'un viol; son père Louis Pierrot a violé sa mère qui était une esclave née en Afrique. Bookman et Mambo Cécile Fatiman ont pu rassembler plus de mille esclaves dans l'énorme grotte. Les esclaves se rassemblèrent autour d'un énorme feu de bois, et Bookman commença son fameux discours.

«Le dieu qui a créé le soleil qui nous donne la lumière, qui éveille les vagues et domine l'orage, quoique caché dans les nuages, il nous observe: il voit tout ce que le blanc fait, le dieu de l'homme blanc lui inspire le crime, mais notre dieu nous appelle à faire de bonnes œuvres ... Notre dieu, qui est bon pour nous, nous ordonne de venger nos torts, il dirige nos armes et nous aide ... Jetons le symbole du dieu des Blancs qui nous a si souvent causé de pleurer et écoutons la voix de la liberté qui parle dans le cœur de nous tous."

                                                              
Bookman, bois caiman         
Dutty Bookman



cecile fatiman
Cécile Fatima


Les esclaves applaudissaient, chantaient, et dansaient. Les chansons de Petro furent chantées, les Vèvès tiraillés, les tambours battus avec rage. Machettes, et poignards en mains, ils font appel aux esprits les plus sombres de la Mère Afrique pour venir à leur secours. Mambo Cécile Fatima est soudainement possédé par Erzulie 7 Kout Kouto, la manifestation la plus dangereuse d'Erzulie Dantor. Elle boit du sang. Elle danse au rythme des tambours, et les esclaves chantaient avec elle.

" 7 kout kouto, 7 kout ponya
prete mwen ganmèl lan pou mwen al vomi san e.

Prete mwen ganmèl lan pou mwen al vomi san

san mwen ape koule.



7 coups de couteaux, 7 coups de poignard.
Prêtez-moi le ganmèl (un profond et long récipient en bois sculpté), afin que je puisse vomir du sang
Prêtez-moi le ganmèl, alors je puisse vomir du sang,
Mon sang coule.

Un cochon sauvage noir, femelle lui est présenté, en symbole de liberté. La liberté est censée être libre et indompté, comme le porc sauvage. Le cochon est poignardé 7 fois et tous les participants ont tremper leurs doigts dans le sang, prêta le serment de "Viv lib ou mouri".

Les esclaves cette nuit ont prêté le serment de combattre le plus grand combat de l'histoire de l'humanité: La lutte pour la liberté et l'égalité des noirs.

Sous l'ordre de Bookman et de Mambo, Cécile Fatiman, les villages où demeuraient les maîtres blancs français, ont été brûlés et tous les Français blancs exécutés. La scène était horrible. Avec des machettes, des poignards, des épées, des couteaux, des morceaux de bois, ils ne laissaient derrière eux que des enfants et des femmes. Les villages voisins qui ne pouvaient pas participer physiquement avaient pris le vœu d'empoisonner l'approvisionnement en eau de leurs maîtres. En trois jours, le plus grand combat pour la liberté humaine dans l'histoire a été combattu jusqu'aux os dans les plantations de canne à sucre en Haïti. Des milliers de Français furent tués, leurs têtes coupées, et les plantations asséchées. La fameuse plaine septentrionale, la plus rentable de la colonie, était en ruine.

Du Cap, tout l'horizon était un mur de feu. Le feu était si grand, que les gens du Cap ne pouvaient distinguer les nuits des jours. Un écrivain de l'époque a dit, que l'on pouvait lire clairement la nuit, comme si le soleil était dans le ciel, bien que le feu était à des kilomètres. Les esclaves détruisaient inlassablement. Ils cherchaient leur salut la manière la plus évidente, la destruction de ce qu'ils savaient était la cause de leurs souffrances. Après 3 jours de destruction complète et d'assassinats, l'armée française s'est intervenue pour rétablir l'ordre. Ils capturent Bookman et le décapitent. Ils montrèrent sa tête à la place publique, avec un signe en dessous quit lit: «Bookman, Chef des Révolutions des Esclaves». 

Mambo Cécile Fatiman et Bookman sont des héros nationaux d'Haïti.

Bois Caiman a été un point décisif dans l'histoire de l'humanité. Le point dans le temps où les esclaves, les Africains ont pris leur destin en charge. Ils ne voulaient plus souffrir des mains des blancs. Un rêve que Jean Jacques Dessalines, père d'indépendance d'Haïti immortaliserait, quand il conduira le pays à l'Indépendance le 1er janvier 1804; faisant d'Haïti la première république noire au monde, le premier et le seul pays de l'histoire de l'humanité dont l'indépendance était le résultat d'une rébellion esclavagiste réussie et la deuxième nation indépendante des Amériques, à peine 33 ans après les États-Unis. Haïti est également devenu le premier pays des Amériques à accorder à ses citoyens Liberté et Égalité pour tous sans distinction de race et de sexe.


- Il ne peut y avoir d'esclaves sur ce territoire, la servitude y est à jamais abolie.

Tous les hommes naissent, vivent et meurent libres.


- Tous les hommes, quelle que soit leur couleur, sont admissibles à tous les emplois.


- Il n'existe pas de distinctions autres que celles basées sur la vertu et le talent, et d'autre supériorité accordée par la loi dans l'exercice d'une fonction publique.

 - La loi est la même pour tous, que ce soit en punition ou en protection.


 Au moment de l'indépendance, Haïti n'est pas seulement devenu la première République noire, mais la Mère de la liberté et de l'égalité pour tous.