François C. Antoine Simon est né dans la petite ville de Savane dans les Cayes, le 10 Octobre 1843, rien n'est écrit à propos de son enfance, mais comme un jeune homme, il rejoint la police municipale, enrola ensuite dans l'Armée nationale d'Haïti comme un officier, avant d'être promu en tant que commandant des troupes du Ministère du Sud en 1883.

Peu après, il a continué à travailler comme aide-de-camp du Président Tirésias Simon Sam qui le promouvoit au grade de colonel, puis général.

Après que le président Tirésias Simon, à 82 ans, demissiona, Pierre Nord Alexis lui a succédé en prenant d'assaut la Chambre des députés du pays avec ses troupes derrière lui, s'installant comme le nouveau président pour les 6 prochaines années.

Après la démission du président Tirésias Simon Sam, Pierre Nord Alexis est devenu son successeur, il promu Antoine Simon comme un colonel puis général.

 La présidence d'Alexis a été marquée par de grandes rébellions, mais il a conduit à la justice tous les hommes d'Etat accusés de corruption, après avoir passé "Le procès de la consolidation" en 1904, loi permettant tous ceux qui ont volés l'argent de l'Etat, d'être jugés et condamnés.

Pierre Nord Alexis se proclama président à vie d'Haïti en 1908, ce qui a conduit à la révolte pour son renversement, par Anténor Firmin, leader de cette révolte qui se revelera éphémère; l'un des plus grands écrivains de Haïti, et l'un des plus importants intellectuels les noirs dans le 20e siècle. Alors que la révolte a été écrasée, il se réveilla problèmes sociaux et économiques du pays. Une famine ravageait le Département du Sud dans le même temps, ce qui conduit à des émeutes et une nouvelle rébellion, cette fois dirigée par le général François Antoine Simon qui le renverser avec succès le 2 Décembre 1908.
Le 6 Décembre 1908, François Antoine C.Simon a été nommé président d'Haïti, et a pris son serment d'office le 19 Décembre 1908 avant que le sénateur Paulin.
Bien qu'il ait eu une éducation formelle marginal, il rassembla un des groupes consultatifs ainsi que d'une armoire de 19 membres des hommes influents et hautement qualifiés qui contribueront à rendre sa présidence l'un des meilleurs dans l'histoire d'Haïti.
Le premier acte de Antoine Simon en tant que président est de permettre aux Haïtiens en exil à rentrer chez eux à travers sa politique d'apaisement, pour assurer la stabilité.
Une des principales ambitions Tirésias, était le plan pour construire un réseau de chemin de fer à l'échelle nationale.
Dans le cadre du "MacDonald contrat" ​​négocié par le président, plusieurs sociétés américaines ont été embauchés pour construire une ligne de chemin de fer entre Port-au-Prince et Cap-Haïtien. Y compris la création d'une société commune avec les États-Unis, cherchant à produire et vendre du sucre et d'autres produits tels que les bananes en Haïti et les États-Unis. La Haitian American Sugar Company (HASCO) La société a été enregistrée avec un capital de 5 millions $, le 5 Août 1912 à Wilmington, Delaware par Charles Steinheim, John A Christie, et Franck SYSPAI.
Malgré beaucoup de critiques de la mauvaise préparation des contrats avec les Américains, au début, ils ont été bénéfiques pour le pays; ils ont conduit directement à la chaussée des rues. et, l'électrification de la capitale du pays, Port-au-Prince.
HASCO deviendrait le plus grand employeur d'Haïti avec 3.500 travailleurs de la raffinerie de Port-au-Prince et environ 40.000 producteurs de canne contractés.
Président Antoine Simon a fait une des plus grandes erreurs au cours de sa présidence, celle qui entraînerait un succès coup d'Etat contre lui.
Pour satisfaire les plantations de bananes d'Amérique, il a imposé entreprises haïtiennes, ce qui entraîne des troubles par les petits propriétaires qui payaient le prix. Fame dans le nord (cacos) ont commencé la révolte en Juin 1911. Son ministre de l'Agriculture, Cincinnatus Leconte a mené un coup d'Etat de Port-au-Prince et renverser lui et l'ont forcé à l'exil en Jamaïque pendant plusieurs années, avant de retourner à Haïti, où il est mort à Les Cayes.
Les troubles qui ont suivi les renversé d'Antoine Simon, conduit à l'invasion et de l'occupation des États-Unis d'Haïti, de protéger "l'intérêt américain", à savoir HASCO
L'occupation américaine durerait 19 ans.