Beaucoup savent que l'aide d'Haïti a été crucial dans la libération de nombreux pays d'Amérique latine, la plus mémorable étant la libération du Venezuela, mais la plupart ne savent pas que la première République Noire a également aidé de nombreux autres pays bien au-delà de ses côtes dans les Amériques.

Cet article analysera le rôle d'Haïti dans la mise en place de la Grèce, en tant que pays indépendant.

Entre 1821 et 1832, les révolutionnaires grecs ont mené des guerres contre l'Empire ottoman, qui occupait la plupart de la Grèce depuis 1453. Sans argent, armements et l'aide de leurs voisins européens, les révolutionnaires grecs ont décidé de demander l'aide d'une petite nation. Une nation très loin de la leur, qui était non seulement célèbre pour sa propre révolution réussie; pour avoir vaincu les armées puissantes de l'Espagne, la Grande-Bretagne et la France pour obtenir la liberté, mais aussi en raison de sa politique d'ouverture des bras à tous les territoires qui luttent pour l'autodétermination: Haïti.


Ils ont envoyé une lettre au président d'Haïti Jean Pierre Boyer, lui demandant l'aide militaire et monétaire pour leur lutte contre les règles ottomanes.

Haïti était en ruines financières cependant. Le pays avait perdu presque toutes ses sources de revenus dans les guerres pour l'indépendance contre l'empire français.
De plus l'intégration récente de l'ancienne colonie espagnole (aujourd'hui République Dominicaine) en Haïti a également eu une certaine retenue financière sur le gouvernement haïtien.
  
Dans une longue lettre, le 15 Janvier 1822, Président Boyer a expliqué à Adamantios Korais, alors gouverneur de la Grèce, qu'en raison de la situation financière d'Haïti, il ne serait pas en mesure d'envoyer ni de l'argent, ni d'hommes à la Grèce, mais a promis de faire tout ce qu'il pouvait pour aider dans leur cause pour la liberté.


"... La révolution qui triomphe sur la partie orientale de notre île a créer un nouvel obstacle dans la réalisation de notre objectif, en fait, cette partie, qui a été incorporée dans la République que je préside, est dans l'extrême pauvreté et donc justifie les dépenses immense de notre budget ».

"Une si belle et juste cause et, surtout, les premiers succès qui l'ont accompagné, ne peut pas laisser les Haïtiens indifférent, car nous, tout comme les Hellènes, étaient depuis longtemps soumis à un esclavage déshonorante et enfin, avec nos propres chaînes, brisa la tête de la tyrannie ".


Président Boyer a trouvé un moyen d'aider les Grecs; avec la lettre, il a envoyé une cargaison de 25 tonnes de café, l'un des produits les plus importants de l'époque, à Adamantios Korais, destinés à être vendus au nom des révolutionnaires grecs pour l'achat d'armes; ce qui rend Haïti le premier pays au monde à reconnaître la Grèce comme un pays indépendant, et le premier hors d'Europe pour aider le pays de Socrate à  atteindre l'autodétermination. Deux mois plus tard, la Grande-Bretagne a suivi Haïti et reconnu la Grèce comme un pays indépendant.