WIKILEAKS: Joseph Lambert, élu Président du Sénat Haïtien hier, en 2006 était sur une liste américaine pour traffic de drogues

Posted by hougansydney.com on Wednesday, January 10, 2018 Under: Corruption
Image result for joseph lambert haiti

Le sénateur Joseph Lambert a été élu hier soir, le mardi 9 janvier 2018, à titre de président du Sénat haïtien et de l'Assemblée nationale.

Le sénateur Joseph Lambert, qui a reçu le soutien du président sortant du Sénat, Youri Latortue, et celui des sénateurs du parti PHTK, qui constituent la majorité au sénat haïtien, a facilement été élus au poste de prochain chef du Sénat par un vote confidentiel de 28-29.

M. Lambert, un personnage bien connu dans la politique haïtienne, avait déjà occupé ce poste pendant moins d'un an à partir de 2006, sa présidence du corps législatif pendant ce court laps de temps a été entachée de grandes controverses et il a été accusé par ses propres paires d'être "inefficace et un diviseur".

Son bref mandat a pris fin lorsqu'il a démissionné quelques minutes avant l'ouverture de la session du Sénat du 17 janvier 2007. La démission était intervenue après une amère divergence d'opinion quant à savoir si un nouveau bureau devrait être élu à l'ouverture de la session législative de 2008, ou seulement après que dix nouveaux sénateurs ont été élus plus tard cette année. Les partisans du président sortant du Sénat, Joseph Lambert, ont pris cette dernière position.

"Un dilemme pour le gouvernement américain."

Les câbles de Wikileaks publiés en 2008, ont montrés comment le gouvernement américain avait non seulement soupçonné, mais avait énuméré Joseph Lambert pour le trafic de drogue. Aucune accusation n'a été portée contre lui parce que la justice américaine n'avait pas assez de preuves pour l'inculper.

«Lambert pose un dilemme au gouvernement américain: dans des circonstances normales, nous recherchons des contacts étroits avec ce politicien ambitieux et qui aspire à la présidence. Notre bureau du DEA nous informe que d'autres débriefings de Célestin et d'autres trafiquants de stupéfiants haïtiens aux États-Unis ont développer plus d'informations sur les activités de Lambert, des informations concluantes qui pourraient conduire à un acte d'accusation est loin d'être certain. " A déclaré un paragraphe dans un câble wikileaks daté du 13 février 2007, envoyé par l'ambassadeur américain en Haïti, Janet Sanderson.


Un mois plus tôt, en janvier 2006, l'ambassadeur Sanderson, dans un long courriel envoyé au département d'État des États-Unis, décrivait une rencontre en personne avec Joseph Lambert, qui était déjà président du Sénat haïtien, et comment elle l'a pressé au sujet des allégations de trafic de drogue lui concernant:

"Classé par: Ambassadeur Janet A. Sanderson pour les raisons 1.4 (b) et (d).
 
1. (C) L'ambassadeur a soulevé la question du trafic de drogue en Haïti à Joseph Lambert, président de l'Assemblée nationale, et il a profité de l'occasion pour parler longuement du problème. Lors d'une réunion avec l'ambassadeur le 25 janvier, Lambert a déclaré que le parlement haïtien était prêt à soutenir l'action du gouvernement haïtien contre le trafic de drogue, à condition que le DEA fournisse également un renforcement. Il accuse les institutions faibles, en particulier pendant l'intérim-GoH (gouvernement d'Haiti), pour permettre l'augmentation du trafic de drogue à travers Haïti. Lambert a noté que le trafic de drogue s'est intensifié entre 2002 et 2006, et a convenu avec l'évaluation de l'ambassadeur que le trafic d'avion avait particulièrement augmenté. Lambert a souligné qu'Haïti n'est ni un producteur ni un consommateur de drogue, et que les drogues passent de Colombie et Venezuela aux États-Unis et en Europe. Étant donné que les drogues transitent par Haïti, le gouvernement haïtien a besoin de meilleurs contrôles portuaires, aéroportuaires et douaniers. Le Gouvernement Haitien n'a pas la capacité de contrôler les ports et d'intercepter les drogues. Ils ont besoin
des équipes et des équipements spécialisés - en particulier des satellites - pour suivre les avions, les bateaux et les véhicules transportant des drogues dans et hors du comté. Lambert a déclaré qu'une présence du DEA aux ports, à l'aéroport et aux douanes pourrait aider à atténuer le problème. Il a également évoqué la nécessité d'une volonté politique en Haïti de faire plus que de simplement parler du problème de la drogue, notant que les faibles institutions du gouvernement rendent l'action difficile.
 
2. (C) Lambert a également dit qu'il avait des doutes quant à la volonté de la communauté internationale, en particulier le gouvernement des Etats-Unis, d'aider le Gouvernement Haitien à combattre les drogues. L'ambassadeur a convenu qu'il y avait plus que nous pouvons faire et a souligné la nécessité d'une coopération entre le gouvernement américain, le gouvernement haïtien et la République dominicaine. Lorsque l'ambassadeur a mentionné que le GH avait également une certaine responsabilité en la matière, notamment par le biais de la réforme policière et judiciaire, plusieurs membres de la chambre des députés qui croyaient apparemment que des réformes plus rapides étaient peu probables ont ri de sa suggestion.
 
 
3. (C) Lambert a soulevé la question de l'argent saisi des trafiquants de drogue, et a déclaré qu'il serait bon d'avoir une loi spécifiant ce qui devrait être fait avec cet argent. Il a suggéré qu'un certain pourcentage de l'argent confisqué pourrait être affecté à des projets d'infrastructure et autres projets de développement. Lambert a également mentionné le rôle du secteur bancaire. L'argent provenant du trafic de drogue est investi dans différentes banques, et les banques pourraient aider en surveillant d'où vient l'argent de la drogue et où il va. (Note: La presse haïtienne a rendu compte de la rencontre entre l'ambassadeur et le sénateur Lambert, en se concentrant sur le fait qu'ils ont discuté de la situation en Haïti.problème de trafic de drogue. Note de fin.)
 
4. (C) Commentaire: Lambert se révèle être un politicien remarquablement perspicace. Il n'a pas soulevé lui-même le sujet du trafic de drogue, étant parfaitement conscient que les rumeurs de ses propres connexions de drogues  (ref A) sont son talon d'Achille. Cependant, interrogé par l'ambassadeur, il était tout à fait prêt à adopter une position proactive plutôt que défensive sur la question. Lambert est également extrêmement lisse, défendant fermement la position établie par le président Préval que les États-Unis et d'autres pays consommateurs doivent résoudre les problèmes de trafic d'Haïti, mais en concédant assez des points de l'ambassadeur à éviter de paraître comme non coopératif. Si ses ambitions politiques ne sont pas maîtrisées, il devra à un moment donné aller au-delà des discussions et tracer des lignes claires concernant ses relations avec d'autres personnes soupçonnées d'être impliquées dans le trafic de drogue, notamment ses alliés dans sa ville natale de Jacmel, comme le maire, Edwin Zenny. "

Encore en février 2006, dans un long courriel, l'ambassadeur Sanderson a rapporté au Département d'État américain des allégations de trafic de drogue du sénateur Joseph Lambert:

"B. 06 PAP 828
 
Classé par: Classé par l'ambassadeur Janet A. Sanderson pour les raisons
1.4 (b) et (d).
 
1. (C) Résumé. Le 6 février, le président du Sénat, Joseph Lambert, a calmement et méthodiquement nié les accusations selon lesquelles il aurait eu des contacts avec des trafiquants de drogue lors d'une conversation de deux heures avec Polcouns. Lambert a reconnu que des soupçons avaient surgi suite à son association avec Jean-Marie Fourel Célestin, un allié de l'ancien président Aristide reconnu coupable de trafic de stupéfiants aux États-Unis en 2004. Il a toutefois insisté sur le fait que sa relation avec Célestin était purement politique. terminé en 2000. Lambert a admis queson Jacmel natal était un point focal pour le transbordement de stupéfiants à travers Haïti, mais a évité la question de savoir si les figures politiques étaient impliquées, exprimant plutôt l'indignation que les gouvernements haïtiens et américains n'avaient pas fait plus pour l'arrêter. Lambert a réitéré son offre (faite dans la référence A) pour conduire le parlement à soutenir les États-Unis. coopération anti-stupéfiants, et a également offert de consulter de manière informelle avec le personnel de l'ambassade. La DEA nous informe que les informations fournies par Célestin lient Lambert aux trafiquants de stupéfiants à Jacmel, mais que cette information est insuffisante pour l'inculper. Comme il a été noté dans le reportage sur Lambert, il est un politicien ambitieux et efficace avec qui nous aurions normalement besoin d'un contact étroit. Sans perspectives immédiates d'un acte d'accusation, le poste explorera son offre de consulter de plus près sur les questions de stupéfiants et de voir quels résultats. Fin du résumé.
 
Cartes sur la table
----------
 
2. (C) Sans connaître au préalable le sujet de la conversation, Lambert accepta de se réunir au domicile de Polcouns avec un préavis d'un jour. Polcouns a ouvert la conversation en notant que l'ambassade avait suivi avec admiration la performance de Lambert en tant que président du Sénat, mais que la suspicion répandue. En ce qui concerne ses liens avec les trafiquants de drogue, il est difficile pour l'ambassade d'établir une relation plus étroite avec lui. Pouvait-il répondre à ces soupçons? Semblant non surpris et ne présentant aucune offense, Lambert a répondu en paraphrasant les inquiétudes de Polcoun. "Vous êtes intéressé par trois choses: 1)
Étais-je impliqué dans le trafic de drogue avec Fourel Celestin; 2) Qui à Jacmel est actuellement impliqué dans le trafic de drogue et 3) Vais-je vous aider à identifier ces trafiquants? »Sur ce, Lambert a lancé une défense patiente et détaillée de son personnage au cours d'une conversation de deux heures, affirmant qu'il a toujours fait tout ce qui était en son pouvoir pour protéger sa «dignité personnelle» et avoué son ambition de mener sa carrière «aussi haut que possible».

Pas moi
----------
 
3. (C) Lambert a soutenu que les accusations portées contre lui provenaient entièrement de son association avec Célestin - "c'est la charge que mes détracteurs font toujours" - mais a affirmé que leur relation était purement politique. En tant que fils de deux paysans analphabètes, Lambert a dû surmonter beaucoup de discrimination lors de son ascension politique. Célestin reconnut le talent de Lambert et lui donna d'autres opportunités. Lambert a servi comme directeur de campagne de Célestin et politique
directeur de 1997 à 2000, mais n'a jamais été membre de Fanmi Lavalas (FL). "J'ai toujours été libéral, et le FL était intolérant, je savais que Célestin aurait été impliqué dans des activités illégales, mais je n'ai jamais rien vu de tel.
ne faisait pas confiance à certains de ses proches à Port-au-Prince, en particulier Patrick Lefevre. Je suis toujours resté à l'écart de toute activité suspecte. Une fois pendant la campagne du Sénat en 1997, j'avais besoin de 10 000 gourdes haïtiennes (environ 500 dollars) pour payer nos observateurs électoraux. Quelqu'un que je ne connaissais pas est venu avec de l'argent qu'elle a dit était de l'argent "de transport". J'ai refusé de l'accepter et exigé que les paiements proviennent des fonds de la campagne régulière. J'ai rompu avec Celestin en 2000 quand il a refusé de me soutenir pour un siège de sénateur après avoir donné trois ans de loyaux services.
 
PORT AU PR 00000303 002 DE 003
 
 
 (Lambert s'est particulièrement indigné à ce point.) Pouvez-vous imaginer ce que sa réponse a été pour moi? Je ne peux pas vous soutenir parce que vous êtes plus fort que moi et trop de concurrence. "Si Célestin commettait tous les crimes dont il était accusé, conclut Lambert, il était heureux d'être en prison. (Note: Patrick Lefevre, à dont Lambert a parlé, était à un moment directeur de la compagnie de téléphone d'état, Teleco, gagnerait la position par l'intermédiaire de Célestin, et supposé être complice dans siphonner l'argent de Teleco à Aristide.
 

Va demander aux paysans
----------
 
4. (C) Tout paysan autour de Jacmel peut vous dire qui sont les trafiquants, Lambert a continué. Les vols arrivent en plein jour et les trafiquants font les pick-up en plein jour, souvent avec des policiers. J'ai des gens qui m'appelle
tout le temps pour me dire qu'un vol de drogue est arrivé. La zone autour de Cotes-de-Fer (ouest de Jacmel), le quartier que je représente localement, est particulièrement active. Je sais que le commissaire de police est corrompu et je me suis plaint au chef PNH Mario Andresol, mais le commissaire est toujours là. Ces bandes sont au milieu des champs - à qui appartient cette terre? Je sais pertinemment que Serge Edouard "Perseverance" est en prison aux Etats-Unis, mais les avions continuent d'atterrir sur sa propriété. (Note: Le gouvernement intérimaire a également rendu Edoaurd, un trafiquant de drogue notoire qui a adopté le surnom d'affaires «Persévérance», à la garde des États-Unis en 2004. Note de fin.)

----------
 
5. (C) Lambert a réitéré son offre faite à l'ambassadeur deux semaines plus tôt pour diriger le sénat dans le renforcement de la coopération anti-stupéfiants américano-haïtienne. "Si nous devons adopter des lois, nous le ferons." En attendant, pourquoi les États-Unis ne font-ils pas plus? Pourquoi n'y a-t-il pas plus d'agents de drogue qui travaillent en Haïti? Lambert a ajouté qu'il serait heureux de rencontrer officieusement des fonctionnaires des États-Unis, y compris des agents de la DEA, comme une affaire privée pour partager ses connaissances et ses contacts sur ce qui se passait dans la région de Jacmel. "Je peux vous donner les numéros de téléphone des agriculteurs qui voient ces avions atterrir tout le temps. "
 
Celestin Bio Note
----------
 
6. (SBU) Jean Marie Fourel Célestin était un médecin de l'armée haïtienne (FAd'H) impliqué dans l'aide à la tortue des opposants au régime de Duvalier. Après la dissolution du FAd'H par l'ancien président Aristide en 1994, Célestin immédiatement déplacé au palais avec un petit groupe d'officiers de l'armée pro-Aristide et finalement augmenté pour devenir le chef de la sécurité d'Aristide. Aristide a nommé Célestin à la tête de la police en 1996, mais le sénat haïtien a rejeté la nomination en raison de préoccupations concernant son caractère et son implication dans la corruption, à l'époque une réprimande surprenante d'Aristide. Célestin a remporté un siège de sénateur du département du sud-est (Jacmel) en tant que candidat de Lavalas en 1997, et plus tard est devenu président de sénat. Les observateurs ont largement jugé que ses performances étaient incompétentes et malfaisantes. À la demande de l'USG, le gouvernement intérimaire d'Haïti a rendu Celestin en détention aux États-Unis en juin 2004. Le tribunal du district de Miami l'a reconnu coupable de conspiration pour trafic de cocaïne et blanchiment d'argent plus tard dans l'année. Célestin a déclaré aux agents de la DEA après sa condamnation qu'il croyait que Lambert était impliqué dans trafic de drogue à Jacmel lors de leur association.

Commentaire:

7. (C) Lambert présente un dilemme pour l'USG. Dans des circonstances normales, nous rechercherons un contact étroit avec ce politicien habile et ambitieux qui vise la présidence. Notre bureau de la DEA nous informe que bien que d'autres débriefings de Celestin et d'autres trafiquants de stupéfiants haïtiens aux États-Unis puissent développer plus d'informations concernant les activités de Lambert, des informations concluantes pouvant mener à une accusation sont loin d'être certaines. Quel que soit l'implication réelle de Lambert dans les activités criminelles, il n'est pas un ange, ayant attelé son étoileà un moment donné, l'une des figures les plus déplaisantes de l'histoire haïtienne récente et est arrivée au pouvoir dans une région inondée par le trafic de stupéfiants. À tout le moins, nous pouvons supposer qu'il a adopté une attitude «ne demandez pas, ne dites pas»envers ses alliés politiques et commerciaux. En tant que président de l'Assemblée nationale, il a assidûment évité de prendre position sur les nombreux cas de corruption présumée soulevés par d'autres parlementaires, ayant clairement conclu qu'il n'y avait aucun avantage politique à travailler pour découvrirla corruption. En ce qui concerne les accusations les plus récentes soulevées par le sénateur Jean Gabriel Fortune que les dirigeants de la Socabank ont ​​corrompu les sénateurs pour empêcher une enquête (réf A, et septel), Lambert a dit à Polcouns que Fortune était isolé et le resterait à moins de pouvoir produire une preuve. ne reçoit aucun soutien des dirigeants parlementaires. Néanmoins, Lambert a été une voix de la raison sur d'autres questions, et a travaillé dur pour s'assurer que le sénat remplit ses devoirs constitutionnels d'une manière responsable. Post seradonner suite à l'offre de Lambert de poursuivre la discussion, sinon de clarifier son passé, puis au moins de voir ce que la coopération future produira.
 
 
SANDERSON"


L'élection de Joseph Lambert en tant que président du Sénat haïtien est très révélatrice, l'année dernière, Guy Philipe, un sénateur élu sous PHTK la même bannière du président Jovenel Moise, et Joseph Lambert, a été arrêté et extradé aux États-Unis, trois jours avant qu'il prenne le serment d'office en tant que sénateur du département de Grande Anse.




Sources:https://wikileaks.org/plusd/cables/07PORTAUPRINCE303_a.html


https://wikileaks.org/plusd/cables/08PORTAUPRINCE1710_a.html

https://wikileaks.org/plusd/cables/07PORTAUPRINCE1447_a.html

In : Corruption 



a
eXTReMe Tracker