TPS: Seuls les Haïtiens sans antécédents criminels seront autoriser à rester aux USA

Posted by hougansydney.com on Tuesday, May 9, 2017 Under: Migration
Image result for tps for haitians

L'administration de Donald Trump prend actuellement en considération sérieusement les nombreux arguments des législateurs visant à étendre le statut temporaire protégé (TPS) aux Haïtiens; le programme humanitaire qui permet à environ 50.000 haïtiens affectés par le tremblement de terre dévastateur de 2010 a été étendu à plusieurs reprises mais devrait expirer le 22 juillet.

Bien qu'aucune décision définitive n'ait encore été prise, le nouveau Directeur du Service de la citoyenneté et de l'immigration des États-Unis (USCIS) James McCamen a indiqué que seuls les bénéficiaires sans antécédents judiciaires seraient autorisés à rester.

La Presse Associée a obtenu des courriels internes de l'USCIS demandant l'histoire criminelle des Haïtiens qui bénéficient du TPS, ainsi que le nombre de 50.000 personnes qui reçoivent l'assistance publique.

"Je veux les avertir ... le secrétariat nous enverra une pétition pour nous rendre plus réceptifs", a écrit Kathy Nuebel Kovarik, directrice de politique et de stratégie de l'USCIS, le 27 avril.

"Je sais que certaines des données ne sont pas enregistrées, mais nous devrons trouver un moyen d'obtenir plus de données de notre système", a-t-il déclaré concernant la difficulté de recueillir les informations demandées sur les crimes.

Les messages ne précisent pas si les crimes commis par des Haïtiens seront utilisés pour déterminer leur permanence dans le pays, qu'il s'agisse de quelque chose qui affecte uniquement les Haïtiens ou si l'agence a demandé des informations similaires à d'autres bénéficiaires de protection temporaire, des Immigrants du Honduras et El Salvador.

Selon le Department of Homeland Security, son directeur Kelly n'a pas pris de décision finale sur le TPS pour Haïti et a refusé de commenter le processus.

Le directeur par intérim de l'USCIS, James McCament, a déclaré le mois dernier que Haïti n'est plus en crise malgré sa pauvreté et son instabilité politique et a recommandé la fin du programme.

Cependant, il voulait permettre aux haïtiens de rester dans le pays jusqu'en janvier pour leur donner le temps de régler leurs affaires et de partir volontairement. S'ils ne l'avaient pas encore fait, l'exécutif pourrait les expulser.

In : Migration 



   A LIRE AUSSI 

a
eXTReMe Tracker