Tous les membres du Conseil électoral d'Haïti menacent de démissionner si une commision indépendante est mise en place

Posted by hougansydney.com on Wednesday, December 16, 2015 Under: Crise Politique



Après les nouvelles de la possibilité de mettre en place une commission de garantie électorale, tous les conseillers électoraux menacent de démissionner en bloc si elle empiète sur leur travail.

Joint par téléphone, la conseillere électoral Paul Marie Carmelle Austin a prouvé défavorable à la création de cette commission.

En effet, Marie Carmelle, la représentante pour le secteur de l'éducation au sein du Conseil électoral provisoire remet en question la structure et la véritable mission de cette possible commision, en faisant valoir que le Conseil électoral avait fait son travail et qu '«aucune autre entité ne peut se substituer au CEP."

Dès le début des allégations de "fraude massive" Le président de l'organisme électoral, Pierre Louis Opont, avait rejeter d'un revers de main la demande de la population, les candidats, les groupes de défense des droits de l'homme, le clergé catholique, la coalition des protestants ainsi que les associations de nombreuses organisations haïtiennes-américaine, pour une vérification indépendante des bulletins de vote, en faisant valoir que la Constitution haïtienne ne prévoit pas de telles alternatives.


Mais Opont et tous les membres du CEP savent qu'ils, individuellement ou ensemble comme une entité, n'a pas le pouvoir légal soit pour mettre en place, ni de refuser la nomination d'une commission indépendante. Le seul rôle du CEP, du moins selon la Constitution haïtienne est d'organiser et de superviser les élections dans le pays. Le Tribunal électoral toujours auditionnant les événements du litige, est la seule institution, en l'absence de Parlement, qui a été démantelé suites aux désaccords sans fin avec le président Martelly; ayant l'autorité légale pour ordonner et / ou mettre en place une commission indépendante pour la vérification de tous les bulletins de vote, même si un tel recours ne soit pas prévues par la Constitution, tel que le tribunal l'avait montré quand il a affirmé son indépendance de l'exécutif et du CEP, en  confirmant la demande de Maryse Narcisse le candidat sous la bannière du parti Fanmi Lavalas, de procéder à une rigoureuse, vérification non contraignant  au centre de tabulation.

La vérification mentionnée ci-dessus, a été réalisée le 21 et 22 Novembre en présence de conseillers électoraux, les juges du tribunal Electoral, des observateurs nationaux, technicien du centre de tabulation ainsi que des représentants de la PHTK, le parti qui avait prétendument gagné le premier tour de l'élection présidentielle.

Tous les bulletins de vote qui ont été choisis au hasard et analysés montraient des irrégularités frauduleuses importantes. Le président du CEP a simplement ordonné que ces bulletins de vote soient jetés, et poursuivre le processus sans autre analyse.


Aujourd'hui, Jude Célestin le candidat qui serait venus en deuxième place a rejoint le G8, une coalition de partis d'opposition, et ils restent unis dans leur appel pour une enquête sur la "fraude électorale massive" qui a entaché le premier tour des élections présidentielles. Jude Célestin dit qu'il ne participera pas à la deuxième manche, si une commission indépendante n'est pas mis en place.

Les résultats définitifs des élections législatives pourraient être publiés cette semaine. Et en ce qui concerne le second tour des élections présidentielles, la date du 27 Décembre est toujours maintenue, selon le conseiller.

In : Crise Politique 



a
eXTReMe Tracker

Make a free website with Yola