Le sénateur Adriano Sánchez Roa a déclaré qu'Haïti a augmenté son interférence radio, télévision et téléphone dans les villes frontalières dominicaines, malgré les efforts du gouvernement et les séances de travail du Sénat à la recherche de corrections pour réduire les nuisances causées à ces populations et qui met le pays à risque.

"Nous craignons que cette influence haïtienne soit notoire dans des domaines importants de la jeunesse, ce qui force l'utilisation d'équipes d'entreprises haïtiennes, ajoutant l'insécurité, tout en augmentant la transculturation dans les goûts musicaux, culinaires, religieux et même dans l'information publique" .

En ce sens, le Sénat adoptant la Résolution No 01957 de Sánchez Roa, a ordonné que la Commission des Transports et des Télécommunications, présidée par le Dr José Rafael Vargas, enquêter sur la situation, à partir de laquelle a commencé à donner un peu de temps pour les négociations les accords bilatéraux entre les deux pays.

Mais cette invasion au lieu d'être réduite, comme prévu, ces radios, télévision et téléphones ont été aggravées par le militantisme haïtien près de la frontière, donc le sénateur d'Elias Piña a estimé que la commission doit reprendre l'enquête.

À cette occasion, des représentants de l'INDOTEL ont participé au Sénat; Carlos Valcarcel et Daniela Collado, pour Orange Dominicana; Desireé Logroño par Tricom Dominicana; Claudia García par Trilogy Dominicana / VIVA; Katia Saud, Takeshi Hiromitsu et Patricia Zorrilla pour Claro Dominicana; Et Eduardo Evertz, consultant en télécommunications.

Toutefois, selon Sánchez Roa, au lieu d'atténuer l'ingérence illégale, ce qui est arrivé est un domaine déterminant de la compagnie de téléphone NATCOM, basé en Haïti, ainsi que les fréquences de radio et de télévision ont été élargies, au point que dans le territoire dominicain il n'est plus nécessaire de payer Roaming et plus facile d'écouter des stations haïtiennes en fréquences dominicaine.

Sánchez Roa a expliqué que la transcendance et les graves répercussions de la situation décrite ci-dessus pourraient obligé l'État dominicain à agir avec urgence et détermination, puisqu'il concerne la protection et la défense de l'intégrité du territoire national et de garantir la paix. La sécurité des citoyens, telle qu'ordonnée par la Constitution aux puissances publiques correspondantes.

Le Président de la Commission de la défense nationale et de la sécurité du Sénat a déclaré que la Constitution énonce à l'article 10 «... d'intérêt national suprême et permanent» l'intégration de la sécurité et de la communication.

Outre la diffusion des valeurs patriotiques et culturelles du peuple dominicain, les pouvoirs publics élaboreront, exécuteront et établiront des priorités en matière de politiques et de programmes d'investissement public dans la région frontalière; Cependant, dans ce même secteur, on observe un faible développement des communications, du téléphone, de la radio et de la télévision.