President Michel Martelly nomme Ministre de la Santé comme premier ministre intérimaire

Posted by hougansydney.com on Friday, January 9, 2015 Under: Crise Politique





Un nouveau Premier ministre a été désigné en Haïti. Dimanche matin, Enex Jean Charles, secrétaire général du Conseil des ministres a annoncé lors d'une conférence de presse:
«J'ai l'honneur de vous informer que, suite à la démission du Premier ministre Laurent Salvador Lamothe et de son retrait de son poste pour des raisons personnelles, Dr Florence Duperval Guillaume, Ministre de la Santé publique et de la population, a été désignés par le titre de Premier ministre temporaire, conformément à l'article 165 de la Constitution ".
  Article 165 de la Constitution haïtienne stipule que «dans le cas d'une incapacité permanente dûment notés, du Premier ministre ou son retrait de son poste pour des raisons personnels, le président choisit un Premier ministre temporaire parmi les membres du Cabinet Ministeriel, en attendant la formation d'un nouveau gouvernement dans un délai ne dépassant 30 jours. "
Comme le président commence à préparer à affronter le carrefour historique ultime où il va commencer à gouverner le pays par décret, à partir 12th Janvier 2015, le nouveau Premier ministre, Dr Florence Duperval Guillaume aura la tâche difficile d'organiser les élections trois années de retard, pour l'ensemble du sénat, tous les députés et tous les maires pour les bureaux municipaux dans tout le pays, au milieu des protestations massives continues dans diverses régions d'Haïti, par l'opposition, demandant le départ du président Michel Martelly.
Il est évident par la réticence de l'opposition de rencontrer le président pour toute négociation, sauf s'il s'agit de sa démission et les conditions de l'expansion du Sénat delà de ses mandats en Janvier 2015, le Président n'aura pas d'autre choix que de se prononcer par décret en 2015. la commission qu'il avait mis en place, et qui a recommandé le départ du Premier ministre Laurent Lamothe, a demandé que le président n'issue pas des décrets à l'exception de la loi électorale.
L'opposition continue de dire qu'ils veulent des élections, mais comme ils ne veulent pas négocier avec le Président sur une loi électorale qui faciliterait ces élections, en 2015, ils n'auront plus leur mot à dire sur les organisations de ces élections , et cela va être utilisé comme un levier pour contester les résultats.

In : Crise Politique 



a
eXTReMe Tracker