Pourquoi la PNH, l'armée reconstituée et la MINUJUSTH n'ont-elles pas pu arrêter le violent chaos en Haïti?

Posted by hougansydney.com on Monday, July 16, 2018 Under: Securité
Image result for Jovenel Moise vertires november 18

Les haïtiens ont éclaté en colère la semaine dernière après que le gouvernement ait décidé d'arrêter de subventionner le carburant, ce qui a fait monter les prix de 51%. Les manifestations de masse se sont rapidement transformées en incendies de pneus, en émeutes violentes et en pillages. Des dizaines d'entreprises ont été vandalisées par des incendies criminels, dont deux grands hôtels au cœur du district le plus riche d'Haïti, Pétion Ville. Au moins quatre personnes ont été tuées.

La situation s'est détériorée si rapidement que le gouvernement a dû revenir sur sa décision et annuler la hausse des prix un jour plus tard. Malgré ce revirement, la capitale haïtienne a connu deux jours de violentes manifestations avec des appels à la démission du président Jovenel Moise et du premier ministre Jack Guy Lafontant.


Après une semaine de pressions croissantes de tous les secteurs en Haïti, le Premier ministre Jack Guy Lafontant a démissionné au milieu des interrogatoires à la Chambre des députés, qui ont programmé la session extraordinaire pour voter contre le gouvernement par Lafontant.
Au milieu de tout ce chaos et de cette violence, on ne peut s'empêcher de se demander où étaient la police nationale et l'armée reconstituée ? Où était MINUJUSTH? La mission de l'ONU composée de policiers internationaux dont la mission est d'aider à renforcer l'état de droit en Haïti. Pourquoi n'ont-elles pas arrêté la violence? Pourquoi ne pouvaient-elles pas l'arrêter?


La police nationale d'Haïti (PNH), forte de plus de 15 000 hommes, a été saluée par la communauté internationale comme une réussite. Elle a reçu, jusqu'en 2017, une formation et du matériel de la MINUSTAH, une mission militaire des Nations Unies déployée en Haïti en 2004 suite à l'éviction du président Jean Bertrand Aristide. Pourquoi la police ne pouvait-elle pas arrêter la violence et protéger ces entreprises contre le pillage et la destruction? La capacité de la police haïtienne à assurer la sécurité dans le pays a été l'une des raisons principales de la décision des Nations Unies de mettre fin aux 13 années d'opérations militaires dans le pays.

Sandra Honoré, Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), a déclaré devant le Conseil de sécurité à la réunion spéciale des Nations Unies le 11 avril 2017 pour discuter du départ des forces de l'ONU en Haïti. "La Police nationale haïtienne (PNH), forte de 14 000 hommes, a démontré une capacité accrue à planifier et à exécuter des opérations complexes, notamment la sécurisation des élections, tout en accomplissant des tâches routinières de lutte contre la criminalité et de maintien de l'ordre public. "


Après la fin effective de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) le 13 avril 2017, le gouvernement haïtien a déclaré que la nécessité de relancer l'armée haïtienne était devenue plus importante que jamais pour combler le vide sécuritaire qui en résulterait dans le retrait des forces de l'ONU après 13 ans. 

 Les responsables haïtiens ont insisté sur le fait que les nouveaux militaires ne se comporteraient pas comme les précédents car ils auraient des devoirs patriotiques complètement différents. Le 18 novembre 2017, le président haïtien a officiellement lancé l'armée haïtienne reconstituée. Une armée qui permettrait à Haïti de "construire une démocratie où la stabilité, le travail, la sécurité peuvent durer durablement". Où était l'armée?

Le peuple haïtien est en train de protester contre la pauvreté, l'insécurité, la démocratie, mais les responsables dépensent de l'argent pour les armées, la police et des fausses missions internationales alors que la situation du pays continue de se dégrader.

In : Securité 



a
eXTReMe Tracker