Nous demandons au gouvernement français d'annuler le visa d'asile politique de Michel Bennet Duvalier, ex-épouse du défunt dictateur haïtien, Jean Claude Duvalier, afin qu'elle puisse faire face à un tribunal pénal en Haïti pour corruption et son rôle dans le d
étournement de fonds publics.

Le gouvernement suisse a récemment annoncé qu'il était prêt à rembourser quelques 5 millions de dollars qui sont restés des centaines de millions que la famille Duvalier avait cachés dans des comptes bancaire suisse pendant le règne de leur dynastie en Haïti. L'annonce a été faite six ans après que le Parlement suisse a voté une loi nommée Lex Duvalier, qui a permis aux autorités de geler et de confisquer des fonds prétendument pillés des États en faillite qui sont incapables de monter une affaire contre un fonctionnaire corrompu. Il renverse la charge de la preuve, obligeant ces accusés à prouver qu'ils ont obtenu l'argent légalement.


Lex Duvalier

Duvalier hérita le pouvoir de son père, François «Papa Doc» Duvalier, âgé de 19 ans en 1971, mais en exil en 1986 lors d'un soulèvement populaire qui met fin à 28 ans de domination par la dynastie père-fils.

Connu pour son style de vie Playboy, il est dit d'avoir illicitement amassé au moins 300 millions $ (CHF295 millions) d'écrémage de l'argent des contrats gouvernementaux. Il a été accusé d'avoir fui Haïti avec plus de 100 millions $ caché dans des comptes bancaires européens.

Haïti a demandé aux autorités suisses de geler 5 millions $ en 1996, mais, revenant eux avéré difficile parce que Haïti n'a pas réussi à monter une affaire judiciaire. Duvalier a presque gagné l'argent par défaut en 2002, lorsque le délai de prescription dans les loi Suisse prolonge l'ordonnance en invoquant les pouvoirs constitutionnels qui permettent aux Etats de geler les avoirs des ancient dictateurs afin de sauvegarder les intérêts nationaux.
_______________________________________________________________


Alors que Jean Claude Duvalier est récemment décédé, son ancienne épouse, qui vit en France depuis 1987 sous un visa d'asile politique, a profité personnellement de millions de ces fonds. Par exemple après son divorce avec le dictateur brutal. Il ya aussi beaucoup de photos de dizaines de milliers de dollars de chèques écrites à elle, sous le règne de son mari, en possession du gouvernement haïtien.

Les autorités judiciaires haïtiennes n'ont pas eu la chance de poursuivre complètement Jean Claude Duvalier après qu'il a fait un retour inattendu en Haïti suite à un tremblement de terre catastrophique en 2010, parce qu'il a décédé avant que le processus ne soit terminé.


Après la mort de Duvalier, Amnesty International a déclaré au gouvernement haïtien que sa mort ne devrait pas mettre fin au processus de poursuite de tous ceux qui ont été impliqués dans les crimes qu'il a commis au cours de ses années au pouvoir.

Nous demandons donc à Amnesty International, qui a joué un rôle clé au cours des années à faire pression sur les autorités judiciaires haïtiennes pour qu'elles poursuivent les Duvaliers; de redémarrer son travail sur le dossier et faire pression sur le gouvernement français pour expulser Mme Michelle Bennet Duvalier en Haïti. Questions concernant son rôle dans le détournement de centaines de millions de dollars pendant son temps en tant que première dame.

Mme Bennet Duvalier, malgré son exil en France, ne reste pas silencieuse, elle est active sur les médias sociaux. Plus tôt cette année, nous lui avons écrit une lettre ouverte qui l'a forcée à supprimer un post qu'elle a fait, ainsi que son compte Facebook. Après avoir écrit sur la suppression de son compte, elle a créé une autre page Facebook jours plus tard, disant que nous avions piraté la précédente. Pour le compte rendu, nous n'avions pas.