Image result for MASSIMADI haiti


Nous condamnons dans les termes les plus forts les menaces récentes apportées à la Fondation pour la 
connaissance et la liberté (FOKAL), par un sénateur assis et le commissaire de Port-au-Prince, qui ont forcé la prestigieuse organisation d'annuler un festival international d'Art et de Film mettant l'accent sur l'homophobie et les problèmes de la communauté LGBT en Haïti, que l'organisation était censé organiser aujourd'hui.

Suite à la condamnation publique du commissaire du gouvernement de la capitale, M. Danton Léger, qui avait annoncé des mesures d'interdiction, ce qui équivaut les activités du festival préjudiciables à la moralité et l'ordre public; et le Sénateur du département de l'Ouest, Jean Renel Sénatus, qui a dénoncé l'événement comme une initiative visant à promouvoir l'homosexualité dans tous les pays et de transmettre des valeurs contraires à la morale et aux bonnes mœurs, les employés de la fondation FOKAL et les membres de la fondation LGBT Kouraj, qui a initié le Festival, ont reçus de nombreuses menaces de mort et de violence. Forçant les organisateurs à annuler l'événement dans la crainte d'un éventuel compromis de la sécurité des participants.


Festival MASIMADI annulé en Haïti après "graves menaces" de Danton Leger et Jean Renel Senatus



Nous exhortons le gouvernement d'Haïti, ce qui signifie le président Jocelerme Privert et le Premier ministre Enex Jean Charles, à condamner publiquement ces attaques, tout comme leurs prédécesseurs, Michel Martelly et Laurent Lamothe l'ont fait lorsque des citoyens homosexuels ont été attaqués durant leur mandat; mais de aussi fournir toutes les mesures de sécurité nécessaires pour FOKAL de tenir son Festival International concernant l'homophobie et la violence et meurtres perpétrés contre des citoyens haïtiens transgenres, gays, et lesbiennes; et enfin de réprimander le commissaire du gouvernement pour incitation à la violence contre un événement publique.

Nous encourageons également le gouvernement haïtien à d
éployé les efforts nécéssaire pour informer sa population que l'homosexualité est légale en Haïti depuis 1986; Article 35-2 de la Constitution haïtienne "interdit la discrimination au travail fondée sur le sexe, l'orientation sexuelle, les croyances, les opinions et l'état matrimonial»; et qu'Haïti est un Etat signataire de la Charte internationale des droits de l'homme des Nations Unies, protégeant les citoyens LGBT.  


Nous invitons aussi la communauté Vodou en Haïti à condamner fermement les attaques perpétrés contres les citoyens LGBT.  Vodou, la plus grande religion pratiquée par les Haïtiens est la seule communauté religieuse en Haïti ouvertement accueillant des gais, lesbiennes et transgenres. Il y a même les patronnes des gais et lesbiennes.  Erzulie Freda très vénéré est la patronne des hommes gais et Erzulie Dantor, des lesbiennes. De nombreux prêtres et prêtresses Vodou sont ouvertement gays et ne sont pas soumis à la discrimination dans leur cercle religieux.


Haïti n'est pas le premier, ni sera le dernier pays à passer par un intense débat sur les droits des homosexuels et transgenres; la seule différence est et sera la façon dont nous traitons cette question sensible sans la violence et sans nier les gais, lesbiennes et transgenres de leurs droits humains fondamentaux.