Photo crédit: Ndabamandela.co


Le petit fils de Nelson Mandela, Ndaba, se considère comme un ambassadeur d'Haïti. Au terme d'une visite de 4 jours, fin avril, l'ambassadeur de l'Unicef a promis d'œuvrer afin de briser les barrières entre Haïti et l'Afrique. 

Durant son séjour M. Mandela a eu des entretiens avec des officiels haïtiens dont le ministre des sports, Jimmy Albert et la ministre de la culture, Stéphanie Balmir Villedrouin. L'un des premiers fruits de la visite de M. Mandela sera l'organisation, en septembre, d'un festival international de boxe dans la capitale haïtienne. 

Emerveillé par le paysage et la culture haïtienne, M. Mandela s'est engagé à promouvoir l'unification entre les peuples sud africains et haïtiens. L'unification des deux peuples permettra de d'obtenir de grands bénéfices, insiste t-il. 

M. Mandela, se propose d'œuvrer pour promouvoir Haïti en tant que destination touristique. Il a évoqué une comparaison entre Cap town dans son pays et Cap Haïtien. D'après lui, les richesses touristiques et culturelles peuvent permettre à Haïti de devenir l'une des 10 principales destinations touristiques du monde. 

En bouclant son premier séjour en terre haïtienne, M. Mandela a promis qu'il effectuera plusieurs autres visites dans ce pays qu'il considère comme le pays africain de l'Amérique. 

Il plaide pour une hausse des investissements privés sud africains en Haïti notamment dans le secteur touristique. M. Mandela se dit intéressé à favoriser la modernisation du secteur du transport en commun. 

Haïti a été la première république africaine dans la caraïbe, a lancé M. Mandela mettant l'accent sur la nécessité de faire briller les liens entre les deux peuples. Souvent les medias internationaux rapportent des images négatives d'Haïti, cependant je n'ai vu que des choses positives durant mon séjour, a-t-il souligné.