Ministre Affaires étrangères du Bahamas proteste declarations de l'ambassadeur Haïtien

Posted by hougansydney.com on Friday, August 12, 2016 Under: Diplomatie



Ministres des Affaires étrangères et ministre de l'Immigration Fred Mitchell a déclaré hier que la critique de l'ambassadeur haïtien Jean Victor Geneus de la nouvelle politique d'immigration de l'administration Christie pour réprimer l'immigration illégale était «matériellement incorrect».

M. Geneus, l'ambassadeur a dit que les éléments de la politique d'immigration ont été léthargiques, ajoutant qu'il était un processus désorganisé gâchée par le profilage ethnique.

Prenant la parole à la Chambre de l'Assemblée hier dans une tentative de réfuter les propos de l'Ambassadeur Geneus sur la façon dont les questions d'immigration sont traitées, M. Mitchell a déclaré que le gouvernement reste sans relâche en cherchant à prévenir la migration irrégulière aux Bahamas, peu importe le pays d'origine.

Sa réponse est venue le lendemain après que l'ambassadeur Geneus a dit que l'introduction d'un "permis d'appartenance" n'a pas résolu le problème de l'immigration, en montrant un arriéré de quelque 2.000 candidats en attente pour le document «restrictive».

Toutefois, M. Mitchell a dit que ce n'est pas vrai car il y a 598 demandes de ces permis avec 338 déjà traités.

Ambassadeur Geneus a également admis que, parfois, le gouvernement haïtien était très préoccupé par ce qui semblait être des pratiques discriminatoires à l'encontre des Haïtiens aux Bahamas entre autres questions troublantes.

M. Mitchell a déclaré: «Ce matin (mercredi), je demandé à l'ambassadeur d'assister à une rencontre avec moi-même et les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères où j'ai dit à l'ambassadeur que je ne pouvais pas permettre ces allégations de se tenir. Ils sont tous matériellement inexacts."

«Il n'y a pas d'obligation pour les personnes qui demandent le permis d'appartenance de le faire en dehors du pays. Cette politique vise à travailler avec les demandeurs de permis qui font une demande pour la première fois. Il n'y a aucune politique de profilage des Haïtiens et la politique n'est pas discriminatoire envers les Haïtiens. La politique est une politique générique applicable à tous les non-nationaux."

"J'ai également indiqué que l'on pourrait attendre à ce que dans les relations entre pays amis, des déclarations pareille ne doivent être faite;  déclarations qui prennent l'autre par surprise."

"Le ministère des Affaires étrangères m'a informé qu'il n'y a aucune trace d'une demande de réunion par l'ambassade sur cette question depuis le mandat de l'ambassadeur."

En ce qui concerne les préoccupations de l'ambassadeur Geneus au sujet d'une expulsion prévue de trois enfants haïtiens, M. Mitchell a confirmé qu'ils seront expulsés avec leurs parent avec qui ils ont voyagé illégalement dans le pays.

Il a dit que le gouvernement ne permettrait pas cette tendance de se poursuivre, où les enfants sont autorisés à entrer dans le pays en l'absence de leurs parents ou tuteurs.

"Trois enfants qui sont renvoyés en Haïti sont venus dans ce pays dans un bateau avec un adulte qui ont décrit comme leur oncle. Ils seront renvoyés avec l'adulte avec lequel ils sont venus. Un quatrième enfant est arrivé à Exuma le 4 Août et sera retourné avec un adulte que l'enfant identifie comme un cousin.

"Monsieur le Président, puisque cette déclaration a été écrite, le ministère m'a informé que l'Ambassade d'Haïti a fait un appel formel sur le ministère des Affaires étrangères à l'égard de trois enfants.

"La réponse à cette question est que les trois enfants sont avec leur mère dans la maison en toute sécurité. La politique est que les enfants devraient être avec leur mère qui n'a pas de statut juridique. L'ambassade a dit que le père a un statut légal et voulait que les enfants restent avec le père, sauf qu'ils ne sont pas mariés et notre loi dans ces cas est la mère a la garde de l'enfant. La pratique est l'enfant restera avec la mère. Voilà la réponse sur la situation.

«Monsieur, nous ne pouvons pas permettre à une tendance à développer de l'envoi de jeunes enfants non accompagnés ici avec la suggestion que les Bahamas est ouvert à cette violation de nos lois."

Il a ajouté: «J'ai aussi pris le temps de réaffirmer que la politique annoncée qui est entrée en effet le 1er Novembre, (2014) reste fermement en place et je cherchais l'assurance de l'ambassadeur que l'ambassade encourage ses citoyens à se conformer aux lois de la les Bahamas.

"En particulier, j'ai répété que tous les cours nécessaires pour obtenir un permis de résident de vivre légalement aux Bahamas et que tous ceux qui sont nés ici de parents non-nationaux devraient obtenir le passeport de leur nationalité et d'un permis de séjour."

In : Diplomatie 



a
eXTReMe Tracker