Lettre ouverte de Jovenel Moïse au peuple haïtien

Posted by Jovenel Moise on Wednesday, April 13, 2016 Under: Crise Politique



Comme le principal candidat pour le deuxième tour des élections présidentielles en Haïti, ma promesse pour une Haïti moderne est simple: je propose de réunir les gens, la terre, l'eau et le soleil. Parallèlement à l'éducation, les services et l'infrastructure moderne, la modernisation de l'agriculture est mon objectif et, à mon avis, la seule façon de développer Haïti avec nos propres ressources plutôt que de continuer à dépendre de l'aide étrangère.

Tirer pleinement bénéfice des effets de commerce - comme la Loi HOPE haïtienne - pour assurer la création d'emplois dans l'industrie du vêtement et de remplir les bâtiments existants dans les parcs industriels, mes politiques fourniront le climat stable nécessaire à multiples facettes de l'intégration hémisphérique en Haïti.

 
Ma vision pour une Haïti moderne est résumée d'une manière simple: Continuer avec les bonnes initiatives des administrations passées, corriger ceux qui ont besoin de corriger et d'innover dans de nombreuses façons. Mon message et mon histoire personnelle a inspiré le peuple haïtien dans leurs luttes que j'ai également fait face. Tel est le rêve pour Haïti, qui a réussi à convaincre une majorité de la population haïtienne de voter pour moi le 25 octobre, Il est le même rêve qui continue de les inspirer pour me soutenir au second tour.

Aujourd'hui, notre économie est paralysée, nous sommes confrontés à une insécurité accrue et approfondie, citoyens méfiant nos institutions et nous avons chassé les investisseurs étrangers qui avaient commencé à voir des opportunités d'investissement sérieux dans notre pays.

Mon appel aux dirigeants intérimaires d'Haïti est forte, simple et clair: je demande le respect des accords politiques de consensus signé le 6 février, qui leur accorde la légitimité que pour gouverner temporairement et la publication immédiate d'un calendrier électoral pour tenir le second tour de les élections présidentielles.

L'accord a mis en place le 24 Avril, comme la date pour le second tour des élections présidentielles et 14 mai pour l'inauguration du prochain président d'Haïti. L'accord politique a également appelé: au Parlement de nommer un président par intérim et le Premier ministre et la nomination d'un nouveau Conseil électoral provisoire (CEP).

Après avoir tenté d'installer un premier ministre qui conviendrait à ses aspirations politiques à long terme, le président provisoire Jocelerme Privert a finalement installé un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Enex Jean Charles. Leurs seule mission, établie par les accords du 6 février, est de surveiller le bon fonctionnement du gouvernement jusqu'à ce que le nouveau président démocratiquement élu peut prêté serment le 14 mai.

Au lieu de cela, les déclarations publiques de Privert révèlent qu'il a trafiqué le processus électoral et affaiblit le Conseil électoral provisoire nouvellement installé (du CEP) en appelant à une autre commission d'évaluation du premier tour du 25 octobre , que j'ai clairement gagné selon les plus indépendant et crédible comptes.

Entre autres, l'Organisation des États américains, des représentants du gouvernement des Etats-Unis et l'Union européenne ont surveillés et étudiés les résultats d'octobre. Ils ont estimé que les résultats sont justes et les allégations de fraude électorale généralisée très exagérées.

Jusqu'à aujourd'hui, les délais du calendrier électoral ne sont pas remplies, et l'administration intérimaire actuelle continue de se traîner les pieds. Récemment, Léopold Berlanger, le président nouvellement élu de la CEP, a annoncé qu'il était impossible de répondre à la date convenue, mais il n'a pas réussi à fournir une alternative.

Le CEP fait face à une immense pression du gouvernement actuel et un petit groupe de voix puissantes qui font tout leurs possible pour faire dérailler ce processus. Leur plus grave peur est le genre de changement que j'ai promis d'apporter parce qu'elle menace la classe politique traditionnelle responsable du maintien de notre pays dans un état prolongé de la paralysie.

En tant que principal candidat à la présidence, je vais continuer à défendre les voix de ceux qui croient en ma vision pour une Haïti prospère et je ne vais pas abandonner jusqu'à ce que la gouvernance démocratique est rétablie en Haïti.


In : Crise Politique 



a
eXTReMe Tracker