Les organisations sociales haïtiennes rejettent nouvelle mission de l'ONU, MINUJUSTH

Posted by hougansydney.com on Sunday, April 16, 2017 Under: Droits de l'homme
Image result for MINUJUSTH

Les organisations sociales haïtiennes ont rejeté vendredi l'installation d'une nouvelle mission des Nations Unies en Haïti suite à la décision de l'organisation mondiale de mettre fin à la mission actuelle (Minustah) en octobre après 13 ans d'activité.

La nouvelle mission "n'améliorera rien, nous demandons à l'ONU de quitter définitivement le pays", a déclaré Oxygen David, l'un des représentants de la coalition.
"Nous, les organisations de base, continuerons à combattre chaque cas de choléra". L'épidémie a été déclenchée par un déversement de déchets fécales dans une rivière par des forces népalaises et on estime qu'elle a affecté quelque 800 000 personnes et a réclamé plus de 10 000 vies.

Mario Joseph, l'un des avocats des victimes du choléra qui a poursuivi l'ONU dans les tribunaux aux États-Unis, a déclaré que si les Nations Unies «veulent vraiment soutenir les droits de l'homme, elles peuvent commencer à respecter la loi et à indemniser le pays et les victimes» de la maladie.

Le gage de 400 millions de dollars que les Nations Unies a créé sous le secrétaire général Ban Ki moon, pour indemniser les victimes et financer les infrastructures d'eau potable d'Haïti reste extrêmement insuffisamment financé pour en dire autant. Seulement un peu de 2 millions de dollars ont été rassemblés jusqu'à présent.

Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont approuvé jeudi une résolution prolongeant pour une durée définitive de six mois le fonctionnement de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (MINUSTAH), comme l'a recommandé le Secrétaire général, António Guterres.

La résolution 2250 a décrété que la composante militaire de la Minustah devrait être progressivement réduite dans les mois à venir pour compléter son «retrait complet» au plus tard le 15 octobre.

À l'heure actuelle, Minustah compte environ 2 330 "casques bleus" et environ 2 600 policiers.

L'opération aura un petit successeur, nommé MINUJUSTH, qui mettra l'accent sur le soutien de la police haïtienne, la promotion de l'état de droit et le respect du respect des droits de l'homme.

Cette nouvelle mission n'aura pas de personnel militaire et sera beaucoup plus petite, comprenant au maximum sept unités de police et 295 agents.

Le Conseil de sécurité a approuvé son mandat initial de six mois, entre octobre de cette année et avril 2018.

Le nouveau gouvernement haïtien dirigé par le président Jovenel Moise et le Premier ministre Jack Guy Lafontant est également favorable à un retrait progressif au cours des six prochains mois, ainsi qu'aux petites opérations de maintien de la paix qui vont suivre.

In : Droits de l'homme 



   A LIRE AUSSI 

a
eXTReMe Tracker