Jovenel Moise topped the polls in Haiti's presidential election in November


Les trois principaux partis d'opposition d'Haïti ont remporté une victoire dans leur défi aux élections présidentielles du mois dernier après que le tribunal électoral du pays ait ordonné une révision des résultats préliminaires lundi soir.

Le premier tour du scrutin a permis au candidat du parti au pouvoir, Jovenel Moise, de remporter une victoire absolue au premier tour, selon le compte initial.

Mais les trois principaux candidats à l'opposition - Jude Celestin, Moise Jean-Charles et Maryse Narcisse - ont contesté le scrutin donnant plus de 55 pour cent du vote du 20 novembre à Moise, choisi par l'ancien président Michel Martelly pour représenter son parti, Tet Kale (PHTK).

Les juges du Bureau national de contentieux électoral (BCEN) ont déclaré mardi matin qu'ils considéraient qu'il était "nécessaire de briller une lumière pour établir la vérité" et ont donc ordonné que les bulletins de vote soient "transportés au centre de dépouillement pour la vérification de 12% des résultats."

La décision a été suivie de longs arguments par des avocats pour les candidats de l'opposition et plus de cinq heures de délibération par les juges.

Celestin a terminé deuxième avec 19,52 pour cent des voix le mois dernier, selon les résultats préliminaires. Ils ont donné à Jean-Charles 11,04 pour cent et Narcisse 8,99 pour cent.

Si elles sont officiellement confirmées, les résultats actuels signifieront qu'il n'y aurait pas de second tour dans le pays appauvri des Caraïbes.

Jovenel Moise a déjà revendiqué la victoire.

Toutefois, ses adversaires ont cité des erreurs dans le décompte des voix et le non-respect par les fonctionnaires de l'obligation pour les électeurs de signer leurs bulletins de vote ou de les marquer avec des empreintes digitales dans les bureaux de vote.

En ordonnant un réexamen, le BCEN s'est opposé à la volonté du PHTK, qui affirme que la procédure est injustifiée.

Les partisans de Narcisse et de son parti Fanmi Lavalas, majoritairement des quartiers les plus pauvres de la capitale, ont intensifié leurs manifestations contre ce qu'ils considèrent comme un «coup d'Etat électoral».

Le vote du mois dernier, qui s'est déroulé sans incident majeur, est considéré comme une étape essentielle vers l'ordre politique après l'annulation des résultats du premier tour de l'élection présidentielle tenue en octobre 2015.

Les résultats de cette élection - qui a mis Moise sur le dessus avec 33 pour cent - ont été mis au rebut après la violence a éclaté et une commission indépendante a trouvé la fraude massive.

Les magistrats de BCEN vont commencer à analyser les résultats électoraux mardi à midi (1700 GMT) en présence de représentants des partis politiques ainsi que d'observateurs nationaux et internationaux.

Le tribunal n'a fixé aucune date limite pour terminer le processus.

Le Conseil électoral provisoire est chargé d'annoncer les résultats définitifs du premier tour des élections.

Prévu pour le 29 décembre, l'annonce peut être reportée par le processus de vérification du BCEN.

Seulement 21% des électeurs admissibles ont voté le mois dernier.

Haïti a été dirigé par un président temporaire, Jocelerme Privert - ancien président du Sénat - depuis février. Son mandat devait se terminer en juin 2016.