Le Premier ministre Haïtien démissionne au milieu d'une crise

Posted by VOA on Saturday, July 14, 2018 Under: Crise Politique


Le Premier ministre haïtien, Jack Guy Lafontant, a remis samedi sa démission au président de la République, Jovenel Moïse, avant de faire l'objet d'une motion de censure à la Chambre des députés pour sa tentative ratée d'augmenter les prix du carburant et l'inaction de son gouvernement. face à l'agitation contre cette mesure.

Selon Lafontant, sa démission serait acceptée par le président Moïse.

La Chambre des Députés, le Sénat de la République et le secteur privé ont exigé la démission du Premier ministre pendant plusieurs jours, en raison de l'incapacité du gouvernement à bien gérer le pays.

Avec une éventuelle motion de censure, la chambre basse pourrait demander la démission de Lafontant et des membres du cabinet afin de permettre la nomination d'un nouveau premier ministre, mais Lafontant se présente.

Les députés, dont beaucoup ont avancé leur intention de démissionner de Lafontant, ont convoqué le Premier ministre pour répondre aux questions sur les émeutes violentes enregistrées entre le 6 et le 8 juillet pour protester contre la tentative du gouvernement d'augmenter les prix des hydrocarbures.

Pendant les trois jours de manifestations, environ sept personnes ont été tuées et des dizaines d'entreprises ont été pillées ou détruites.

Des centaines de personnes ont bloqué les rues avec des barricades et paralysé Port-au-Prince et d'autres villes depuis l'après-midi du 6 juillet, après que le gouvernement a annoncé - alors que la population regardait un match du Brésil, leur équipe favorite, que le lendemain il augmenterait entre 38% et 51% les prix de l'essence, du diesel et du kérosène dans le cadre d'un accord avec le Fonds monétaire international pour réduire les subventions aux hydrocarbures.

En réponse aux protestations, Lafontant a suspendu les augmentations le lendemain, mais les émeutes ont continué et plusieurs magasins ont été détruits et pillés et des douzaines de véhicules ont été brûlés, sans que la police puisse contenir la violence.

Le député Michel Moïse, membre du groupe majoritaire à la chambre basse et allié du gouvernement, a déclaré à Radio Metropole que le bloc est prêt à voter pour la censure et informer le président de la république, Jovenel Moïse, qu'il ne soutiendra pas Lafontant . .

D'autres secteurs, tels que les organisations professionnelles, la fédération des maires et des partis d'opposition, se sont également prononcés en faveur de la démission ou de la destitution du Premier ministre.

Un groupe de sénateurs a demandé hier au président de cette chambre de convoquer une session d'urgence pour interroger Lafontant et éventuellement demander son limogeage et la formation d'un nouveau cabinet.

Lafontant, un médecin de 57 ans sans expérience dans l'administration publique, a débuté ses fonctions en mars 2017, après que le président Moïse eut approuvé sa nomination par le Parlement.

In : Crise Politique 



a
eXTReMe Tracker