Related image

Le président haïtien Jovenel Moise est resté notamment silencieux sur le cas de la déportation et de l'extradition du sénateur Guy Philippe aux États-Unis, pour trafic de drogue et le blanchiment d'argent, silence qui soulève maintenant des questions car les relations bilatérales entre Haïti et les États-Unis continuent de dégénérer sur la question.

Le 5 janvier, Guy Philippe a été arrêté par les forces de sécurité haïtiennes alors qu'il sortait d'une émission de radio dans la capitale, dans la banlieue de Petion Ville, puis remis aux responsables de l'Agence antidrogue des États-Unis (DEA); Quatre jours avant son entrée en fonction officielle.


Le Sénateur-élu haïtien Guy Phillipe, fuyant mandat d'arrêt de la DEA, arrêté


Guy Philippe, ex-colonel de l'armée dissoute et plus tard chef de la police haïtienne, est surtout connu pour avoir mené une rébellion sanglante en 2004 qui a entraîné au renversement du président démocratiquement élu Jean Bertrand Aristide.

Depuis 2006, Guy Philippe a été placé sous mandat d'arrêt international émis par les États-Unis, mais malgré le mandat d'arrêt, Guy Philippe est demeuré à la vue des haïtiens et américains et a continué à s'impliquer de plus en plus dans la politique haïtienne au point où Il a été élu sénateur du département de Grande-anse; L'un des plus importants d'Haïti; sous la bannière du parti PHTK, le même parti que l'actuel président d'Haïti, Jovenel Moise, ainsi que son prédécesseur immédiat, Michel Martelly.


Jovenel Moise et Guy Philippe ont tous les deux fait campagne massivement et publiquement l'un pour l'autre au cours du processus électoral qui a duré deux ans. Philippe, moitié-plaisantant, a même dit une fois qu'il renverserait le gouvernement provisoire du président provisoire Jocelerme Privert s'il n'organisait pas l'élection présidentielle refaite à temps. L'élection qui a eu lieu juste un an plus tôt et dont les résultats avaient montré Jovenel Moise comme le gagnant, a été annulé après de larges allégations de fraude.


Image result for jovenel moise and guy philippe



Image result for jovenel moise and guy philippe

La campagne du président Jovenel Moise et/ou lui-même ont ils reçu des contributions monétaires de Guy Philippe ou de ses collaborateurs, un homme dont l'argent est lié au trafic de drogue et au blanchiment?

Ce n'est pas clair, mais l'arrestation de Guy Philippe semble être directement liée à cette question. Pourquoi d'ailleurs les États-Unis exigeraient-ils l'arrestation et l'extradition de Guy Philippe après toutes ces années, quatre jours seulement avant qu'il soit supposé prendre ses fonctions et obtenir l'immunité des lois haïtiennes et légalement pouvoir rester silencieux à jamais, sinon d'obtenir des informations de lui concernant le possible blanchiment d'argent et le trafic de drogue des plus hauts responsables haïtiens, y compris son ami proche et fidèle allié, le président Jovenel Moise?

Le président haïtien actuel, Jovenel Moise, fait actuellement l'objet d'une enquête par un tribunal haïtien pour blanchiment d'argent, après que l'Unité centrale de renseignements financiers (UCREF), une institution gouvernementale, a déclaré dans un rapport avant que Moise ait été élu, qu'un compte bancaire dont Moise détenait avec sa femme entre 2007 et 2013, était liée au blanchiment d'argent. Ce rapport n'a jamais été rendu public avant d'avoir été divulgué à la presse quelques semaines avant l'investiture de Moise en tant que président. Le Président a nié l'allégation comme des erreurs de bureau, et s'est même volontairement présenté lui-même devant le juge traitant l'affaire pour répondre aux questions.

Le président élu d'Haïti entrera en fonction au milieu d'un scandale de blanchiment d'argent


Lorsque Guy Philippe a été arrêté le 5 janvier, Jovenel Moise était le président élu d'Haïti, il ne devait prendre officiellement ses fonctions qu'un mois plus tard, le 7 février. Lorsque la nouvelle de l'arrestation a éclaté, le président a évité de faire des commentaires, et sa position n'a pas changé depuis, malgré les développements sans précédent en rapport avec l'affaire qui s'est passé.


Le Sénat haïtien, qui est composé d'une majorité de législateurs de Philippe et du parti du président Jovenel Moise, a réagi très fortement à l'arrestation. Il y a deux semaines, 19 sénateurs sur 24 ont approuvé une forte résolution condamnant formellement l'arrestation et l'extradition aux États-Unis et exigeant son retour. Cette résolution a également demander que le ministre de la Justice, qui a signé l'ordonnance d'expulsion, soit jugé pour haute trahison. Une telle poursuite exigerait la désignation des États-Unis comme un pays ennemi, conformément à la Constitution haïtienne concernant la haute trahison.

La pression publique des partisans de Philippe pour que les responsables haïtiens le demande son retour en Haïti ne cesse de croître; un retour qui est très peu probable.

Quelle sera la réponse des officiels haïtiens lorsque les États-Unis refuse catégoriquement de retourner Guy Philippe en Haïti ? Le président Jovenel Moïse continuera-t-il de se taire?