Image result for Jovenel Moise Donald Trump

Le président élu d'Haïti, Jovenel Moise, a déclaré hier lors d'une entrevue qu'il pensait que son exp
érience professionnel serait un atout pour traiter avec le nouveau président américain, Donald Trump, également un homme d'affaires connu.

Moise, qui a remporté l'élection présidentielle du 20 novembre et devrait prendre ses fonctions le 7 février 2017, est un homme d'affaires prospère exportant la banane; Il a couru sur une plate-forme de création d'emplois et envisage d'ouvrir Haïti à l'investissement étranger, de créer de nouvelles opportunités d'affaires et «d'utiliser la terre, le soleil, l'eau et le peuple» pour alimenter le pays.

"Je crois aujourd'hui que le président Trump aura une meilleure compréhension des relations entre les deux pays, qui sera basée sur une coopération axée sur les résultats dans l'intérêt des deux pays", a déclaré Jovenel Moise à Reuters dans une interview dimanche.

"Le président Trump et moi sommes des entrepreneurs, et tout ce que veut un entrepreneur, c'est des résultats, et j'espère donc que nous mettrons tout en place pour nous assurer que nous livrons à nos peuples", a-t-il ajouté.


Une bonne relation bilatérale avec les États-Unis est très importante pour Haïti, qui récupère toujours les morceaux de la dévastation de l'ouragan Matthew en octobre dernier et qui n'a pas encore complètement récupéré d'un tremblement de terre catastrophique en janvier 2010.

Comme le nouveau président américain Donald Trump, a déjà commencé à déchirer de vieux accords commerciaux américains, comme l'Accord de commerce extérieur de l'Atlantique Nord (ALENA) et le Partenariat Trans-Pacifique (TPP), ainsi que la menace d'imposer une taxe frontalière sur les produits fabriqués par des entreprises américaines à l'étranger, le futur président haïtien espère que les législations américaine connue sous les sigles HOPE et HELP, donnant des traitements fiscaux préférentiels à certains produits fabriqués en Haïti, tels que les vêtements, ne seront pas abolis par le nouveau président.

L'industrie haïtienne des vêtements représente plus de la moitié des recettes annuelles du pays et emploie des dizaines de milliers de personnes. Le président élu en effet voudrait continuer à faire affaire avec la nouvelle administration américaine, afin de créer plus d'emplois dans l'industrie textile.

Haïti a reçu une certaine attention pendant la campagne présidentielle américaine, puisqu'il a été soulevé à plusieurs reprises par le candidat Trump, comme un exemple de politique étrangère échouée de sa rivale Hillary Clinton, ainsi que son mari, l'ancien président Bill Clinton, impliqués dans le pays des Caraïbes depuis des décennies. En tant que président, Haïti n'a pas encore reçu la même attention de Donald Trump, étant donné que même pas un ambassadeur n'a encore été nommé, il attend peut-être que le président élu haïtien, Jovenel Moise, prenne officiellement son poste avant de le faire.

Alors que Jovenel Moise espère avoir de bonnes relations avec Donald Trump, il entrera en fonction dans un climat de tensions historiques entre Haïti et les États-Unis, après que Guy Philippe, un sénateur élu de son propre parti, a été arrêté et extradé vers les États-Unis pour des accusations de blanchiment d'argent et de drogue. L'arrestation a provoqué de nombreux soulèvements en Haïti et le Parlement haïtien a promis de modifier la traité d'extradition avec les États-Unis.

Le plan de Donald Trump d'expulser la plupart des immigrants clandestins aux États-Unis est également un sujet de préoccupation pour la communauté haïtienne des États-Unis où vivent environ 500.000 haïtiens sans papiers. Le resserrement de la frontière avec le Mexique affectera également des milliers d'Haïtiens demandeurs d'asile aux États-Unis qui sont actuellement bloqués à la frontière mexicaine.