Le Canada se prépare pour une nouvelle vague de demandeurs d'asile haïtiens après l'annulation de TPS par Trump

Posted by MontrealGazette on Wednesday, November 22, 2017 Under: Migration



Le lendemain du jour où l'administration Trump a annoncé qu'il annulait un programme de résidence temporaire pour près de 60 000 Haïtiens aux États-Unis, les fonctionnaires de l'immigration canadiens se disent prêts à accueillir une autre vague de demandeurs d'asile.

Environ 27 remorques hivernisées, pouvant accueillir jusqu'à 200 personnes, ont été installées près du poste frontalier de St-Bernard-de-Lacolle au cas où un flot de migrants entrerait par Roxham Rd., Un point d'entrée non officiel au Québec.

"Nous sommes prêts. Nous avons amélioré notre façon de travailler et pouvons traiter de gros volumes », a déclaré Judith Gadbois-St-Cyr, porte-parole de l'Agence des services frontaliers du Canada. "Nous n'avons pas de boule de cristal. Nous ne savons pas combien de personnes devraient passer chaque jour. "

Des plans pour accueillir un grand nombre de migrants à la frontière ont été faits avant que les États-Unis annulent le programme de statut de protection temporaire (TPS) lundi, a-t-elle dit.

Mardi, Ottawa a dépêché le député montréalais Emmanuel Dubourg à New York pour rencontrer les dirigeants de la communauté haïtienne locale afin d'essayer d'empêcher un autre exode des Haïtiens au Québec. Dubourg a déclaré qu'il ne voulait pas que des milliers d'Haïtiens traversent illégalement la frontière au cours des prochains mois avec de faux espoirs.

Bien que le nombre de migrants entrant au Québec ait ralenti depuis août, alors que 5 530 personnes ont demandé l'asile, environ 1 700 migrants sont entrés au Québec en septembre et en octobre, a indiqué M. Gadbois-St-Cyr.

Depuis que Donald Trump a été élu président des États-Unis en 2016, environ 15 381 migrants ont été interceptés par la GRC pour tenter d'entrer au Québec. La plupart des demandeurs d'asile sont des ressortissants haïtiens.

"C'est une situation exceptionnelle", a déclaré Gadbois-St-Cyr mardi.

Les remorques chauffées près de la frontière de Lacolle remplaceront les tentes qui servaient à loger les migrants durant l'été.

À l'heure actuelle, aucun migrant n'est hébergé à la frontière parce que les agents d'immigration ont pu effectuer rapidement des contrôles de sécurité et envoyer des demandeurs d'asile à Montréal, où les organisations locales les aident à s'installer. Le ministère fédéral de l'Immigration a également ouvert de nouveaux bureaux à Montréal pour traiter les demandes d'asile.


Le TPS a été accordé à 60 000 Haïtiens vivant aux États-Unis après le tremblement de terre qui a dévasté leur patrie en 2010. Il permet aux Haïtiens de vivre et de travailler aux États-Unis jusqu'à ce que les conditions en Haïti soient suffisamment bonnes pour rentrer chez eux. Lorsque le programme prendra fin en juillet 2019, les Haïtiens des États-Unis devront quitter le pays, vivre sous terre ou demander à rester aux États-Unis en utilisant un autre programme d'immigration.


L'administration Trump a mit fin au programme de TPS pour 60.000 Haïtiens




Lorsque des rumeurs ont fait surface au début de l'année selon lesquelles Trump allait mettre fin au programme, les Haïtiens vivant aux États-Unis ont commencé à venir au Québec d'aussi loin que Miami.

L'afflux de migrants à Montréal l'été dernier a obligé les autorités municipales à installer des logements temporaires au Stade olympique et à l'ancien hôpital Royal Victoria.

Dubourg, d'origine haïtienne, a déclaré qu'il y avait beaucoup d'incertitude dans la communauté haïtienne aux États-Unis, mais le message doit faire comprendre que le Canada n'est pas nécessairement une option par défaut.

"Je suis là pour les informer: Soyez prudent avant de prendre une décision", a déclaré le député.

«Traverser le Canada en dehors des points d'entrée habituels n'est pas un voyage gratuit pour rester au pays."

Il a dit que les statistiques qu'il a vues suggèrent qu'environ 10 pour cent des demandeurs d'asile haïtiens qui ont postulé au Québec durant l'été ont été acceptés, en baisse par rapport à environ 50 pour cent auparavant.

M. Dubourg a déclaré que l'annonce récente que le Canada accepterait près d'un million d'immigrants au cours des trois prochaines années a été rapportée dans la presse haïtienne comme preuve que davantage d'Haïtiens seraient les bienvenus.

Jean-Pierre Fortin, président d'un syndicat représentant les agents des douanes et de l'immigration, a déclaré qu'il s'attendait à une nouvelle vague de demandeurs d'asile haïtiens.

"Mais la bonne nouvelle, c'est qu'avec la période de grâce de 18 mois, l'Agence des services frontaliers du Canada et le gouvernement libéral ont le temps de se préparer pour ne pas avoir à faire face à une crise comme celle de cet été."

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a déclaré que son gouvernement maîtrisait la situation.

"Nous avons mis en place un mécanisme pour réagir à ce qui s'est passé l'été dernier et nous pouvons le remettre en place rapidement", a déclaré M. Garneau.

In : Migration 



   A LIRE AUSSI 

a
eXTReMe Tracker