La sous-secrétaire générale des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix a réitéré au président Moise, l'engagement de MINUJUSTH de partir d'ici deux ans

Posted by hougansydney.com on Tuesday, February 6, 2018 Under: Securité


La sous-secrétaire générale des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix, Binto Keita, est arrivée hier en Haïti, sa première visite dans la nation caribéenne, pour évaluer les progrès de la Mission des Nations Unies pour la Justice en Haïti (MINUJUSTH), un remplacement de la MINUSTAH 
 après près de 14 ans dans le pays, déployé en Octobre de l'année dernière.

Lors de sa visite dans la capitale haïtienne, Mme Binto a rencontré le chef de MINUJUSTH, Susan Page, ainsi que des responsables de toutes les autres agences des Nations Unies déployées en Haïti.

Pour Bintou, les Nations Unies doivent saisir la stabilité politique en Haïti pour que MINUJUSTH puisse conclure sa mission d'ici le printemps 2020. Le Sous Secrétaire a réitéré l'engagement de MINUJUSTH pour la paix, la justice et l'efficacité des institutions haïtiennes.

Le thème de l'épidémie de choléra introduite en Haïti par les Casques bleus Népalais dans le pays après le tremblement de terre de 2010, qui a coûté la vie à plus de 10.000 Haïtiens et rendue malade plus de 800.000, n'a pas été évoquée pendant la réunion. L'Organisation des Nations Unies qui, après près de sept ans de déni, s'est excusée pour son rôle dans l'épidémie, a promis un paquet de 400 millions de dollars pour indemniser les victimes et aider à reconstruire le système d'eau potable d'Haïti, mais pas un centime de cet argent n'a encore été donné à ces victimes car l'ONU n'a pas été capable de lever plus d'une dizaine de millions de dollars de ces fonds promis.

Après la réunion avec les représentants des différentes agences des Nations Unies en Haïti le lundi 5 février; Mme Bintou Keita, plus tôt aujourd'hui, avec Susan Page, a rencontré le président Jovenel Moise, le Premier ministre Jacques Guy Lafontant et d'autres membres du cabinet.


Bintou Keita a transmis l'engagement des Nations Unies à accompagner le gouvernement vers la fin des opérations de maintien de la paix des Nations Unies en Haïti dans un délai de deux ans.

La décision de MINUJUSTH de rester en Haïti pendant deux ans, alors que son mandat initial ne lui avait donné que six mois, est très controversée en Haïti et a montré une faiblesse dans le gouvernement du président Jovenel Moise, qui malgré la volonté de mettre fin à cette mission car Haïti n'est pas en guerre avec un autre pays ni avec lui-même, n'a pas été en mesure d'y mettre un terme.

In : Securité 



a
eXTReMe Tracker