L'opposition en Haïti appelle à un gouvernement de transition

Posted by hougansydney.com on Monday, November 30, 2015 Under: Crise Politique

image credit: Yahoo news



Huit candidats à l'élection présidentielle contestée du mois dernier exigent des changements en Haïti du Conseil électoral et le département de la police nationale. Et si cela ne se produise pas d'ici le mois prochain, ils appellent à un gouvernement de transition pour superviser de nouvelles élections générales.

Parmi les signataires de la déclaration de dimanche soir était Jude Célestin, la deuxième place finisseur qui est due à affronter le candidat soutenu par le gouvernement, Jovenel Moise, dans un second tour le 27 décembre. L'ultimatum met en question la réalisation des susmentionnés scrutin.

Le Groupe des Huit alliance, qui comprend sept des 10 meilleurs candidats dans le premier tour du 25 octobre, a déclaré que sans "changements majeurs ..." élections justes, libres et démocratiques "ne peuvent pas être tenu alors que le président sortant, Michel Martelly est au pouvoir."

Les huit dit un gouvernement de transition serait chargé de l'adoption d'une nouvelle constitution, la fabrication de diverses réformes et l'organisation d'élections générales «crédibles» dans les 24 mois. Ils ne précisent pas comment il pourrait être formé.

Les huit réclament un re-comptage indépendant en raison de ce qu'ils affirment était des "fraudes massives" en faveur de Moise. Mais les autorités électorales disent que le vote a été un succès et ils manquent le pouvoir de nommer un groupe indépendant pour vérifier les résultats.

La campagne bien financée  du parti Tet Kale de Moise a maintes fois nié les accusations qu'il a manipulé le vote ou le dépouillement du scrutin.

Conseil électoral provisoire d'Haïti dit Moise avait près de 33 pour cent du vote et Célestin 25 pour cent.

Alors que de nombreux Haïtiens espèrent que l'élection mettrrait fin  dans l'impasse politique, les résultats officiels ont plutôt apporté une nouvelle flambée de paralyser de manifestations dans les rues.

Un récent sondage effectué par le groupe de recherche indépendant Igarape Institut trouvé profonde méfiance du public de l'élection Octobre. Une délégation américaine des observateurs électoraux de la Guilde nationale des avocats et de l'Association internationale des juristes démocrates ont déclarés qu'Haiti "était loin des normes minimales pour des élections justes."

Mais les observateurs de l'Organisation des États américains a déclaré que les résultats préliminaires semblent être en ligne avec ce qu'ils ont vu le jour des élections.

Selon la loi électorale haïtienne, si un candidat sélectionné pour le second tour se retire, il serait remplacé par le prochain concurrent dans la ligne. La troisième place finisseur, l'ancien sénateur Moise Jean-Charles, appartient à l'alliance de l'opposition. La quatrième place de finition, Maryse Narcisse du parti Fanmi Lavalas fondé par l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, n'est pas un membre de l'alliance.

La constitution amendée d'Haïti déclare que le Premier ministre du pays conduirait tout gouvernement de transition.

In : Crise Politique 



a
eXTReMe Tracker

Make a free website with Yola