Juge accusée de détournement de plus de 35 millions de gourdes, se defend

Posted by hougansydney.com on Thursday, April 2, 2015 Under: Corruption
En ma qualité d'actuelle conseillère, réélue par le Sénat de la Republique pour 10 ans à la Cour supérieure des comptes et du Contetieux administratif (CSC/CA) et ancienne présidente de cette honorable institution, je vis avec colère et consternation les grandes pratiques sociales actuelles où tout ce qui est judiciaire ou administratif et parfois technique, se déballe sur la place publique et livré a la vindicte médiatique. Je suis encore plus sidéré de constater que des gens avec rang de conseillers et juges administratifs, céent, avec une grande desinvolture, du scandale sans grandeur pour satisfaire leur ego; sauf que ces méthodes, comme tout couteau de pharmacien, finira par blesser ses propres usagers; et ce n'est pas le temps qui me demdntira !

En dépit du devoir et de discretion qui incombe à ma haute et digne fonction de juge à la CSC/CA, il m'importe aujourd'hui, au nom de la transparence qui guarantit la bonne gouvernance, d'apporter une mise au point face à und tentative d'assassinat de caractère visant la destruction de ma réputation et portant atteinte à mon honneur et ma responsabilité construite par l'effort dans le bien et au prix de durs sacrifices. J'assume donc l'imperieuse obligation d'informer l'opinion publique que le prétendu rapport publié par le RNDDH et relayé dans les médias sur ma géstion durant l'exercice fiscal 2012-2013 est inspiré d'un rapport interne de la cour sans aucune signature ni date, préparé par un expert anonyme et qui est un véritable réquisitoire de fausses accusations sans fondement.

De quoi s'agit-il?

 Divers réseaux sociaux et médiatiques, malicieusement induits en erreur, ont diffusé et relayé à satiété le contenu de ce qu'ils appellent un rapport de ma gestion comme présidente de la CSC/CA durant l'exercice 2012-2013 qui aurait conclu à un détournement de fonds, concoté avec deux firmes haïtiennes, America Supplies Distribution et Professionea Services and Decor. Mensonges! Rien n'est plus faux que pareils montages!

Au cours d'une réunion du conseil, le président de la CSC/CA.  eu à soumettre à l'attention des conseillers un rapport (?) préparé par on ne sait quel expert, sur un controle du materiel et des équipements de bureau et d'informatiques de la CSC/CA. Il eut alors à éxpliquer que ce rapport a été préparé sur la base d'un inventaire. Moi, comme conseillère avisée et considérant que je n'était pas touchée de modalités de recrutement de l;expert chargé de cette opération administrative et eu à soulever des préoccupations techniques de grande importance en précisant qu'il serait sage que le conseil prenne contact avec les fournisseurs.

Malheureusement, comme le président de la cour se croyait au-dessus des lois de la République et qu'il siégeait, infaillible, dans un tribunal inquisitorial jugeant sans appel et en sernier recours, il a prononcé un verdict à sa manièere, concluant que, selon son expert, il y a eu corruption et détournement de fonds. Aussi simple que cela à ses yeux !

 Le 4 mars 2015, par une correspondance en due forme ( dont copie a été envoyée au président du Sénat), j'ai proposé au président de la Cour de déposer un mémoire critique de ce rapport apocryphe ( sans date, sans signature) ; mais, à ma grande surprise, ce rapport-tract faisait déjà la ronde de l'administration publique et du monde entier, et traduit en différentes langues.

Il n'ya pas eu et il ne saurait y avoir un quelconque détournement de fonds à la CSC/CA ! Que ce soit à travers l'opération conclue avec les deux entrprises en question qui étaient déjà en relations commerciales avec la Cour depuis l'année 2013, que ce soit avec d'autres entreprises nationales ou étrangères ! En effet, il était question d'un achat à crédit d'équipements informatiques de bureau et de matériel d'ameublement destinés au bureau central et aux différentes filiales administratives des villes de province.  Pour honor la créance desdites entrprises, le Trésor public, après un an, a émis deux chèques dont l'un de 19.575.700 gourdes et l'autre de 17.924.300 gourdes.

La Cour était informée que le matériel était en principe livré et qu'une quantité restante était stockée chez les fournisseurs, en raison du manque d'espace physique d'entreposage à la CSC/CA, en attendant les livraisons régionales. En témoignest les correspondances adressées par les fournisseurs au président de la Cour. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai eu àsolliciter du bureau du Conseil qu'il prenne contact avec les fournissurs à l'effet d'en assurer un véritable suivi. Cela malheureusement n'a pas été fait: ils ont préféré le scandale et les attaques personelles à la vérité.  

Croyant encore à la sérénité et à la perspicacité des institutions de mon pays, j'estime que l'honneur et la crédibilité de la Cour sont mis à rude épreuve dans cette affaire, en raison des velléités politiques qui pourissesnt le calme et la sagesses dont devait faire montrer chaque membre de la Cour.

De toute façon, cette opération de dénonciation calomnieuse, de dénigrement, de tentative d'assassinat d'un parcours public que j'ai proprement bati durant des décennies, ne saurait atteindre son but.

Sur cette base, je réaffirme qu'il n' a pas eu de corruption ou de fonds détournés à la Cour supérieur des Comptes durant lexercice fiscal 2012-2013, et par principe et pout l'histoire, je tenais à faire cette mise au point, tou en me confiant qu temps pour que justice soit faite.


Port-au-Prince, ce 31 mars 2015.
Me Nonie H. Mathieu

Conseillère et juge élie à la Cour supérieur des comptes et du Contentieux administratif (CSC/CA)

In : Corruption 



a
eXTReMe Tracker