Jovenel Moise s'arrête à Miami pour s'éxpliquer à la diaspora Haïtienne

Posted by Miami Herald on Monday, November 23, 2015 Under: Elections



Le successeur désigné de la main du président haïtien Michel Martelly, Jovenel Moise, a défendu sa finition présidentielle en première place préliminaire des élections du mois dernier, repoussant les appels à sa suppression ou l'annulation du vote pour cause de fraude.

«Les gens sont sortis et ont voté l'homme de la banane et du Centre de Tabulation compté les feuilles de pointage," Moise dit au Miami Herald, se référant à lui-même par son surnom de la campagne, «Neg Bannann."

Moise a visité la Floride du Sud le dimanche où il a tenu une conférence de presse au Centre culturel de Little Haïti à Miami et a rencontré la diaspora. Alors que pour les remercier de leur soutien, il a vanté sa vision ainsi que les quatre ans et demi de Martelly dans le bureau. Il a appelé son ascension politique "un phénomène."

"De tous les candidats, je suis le seul qui avait un programme", a déclaré Moise, un entrepreneur en série qui est maintenant dans le commerce de bananes d'exportation. "On m'a donné six semaines à faire une campagne, et j'ai fait le tour d'Haïti en six semaines."

Alors que la communauté internationale a salué la première ronde des élections présidentielle et législatives de ruissellement d'Haïti, les observateurs et les partisans alignés avec les 53 candidats de l'opposition locales insiste que le vote a été entaché de "fraudes massives". Les premiers résultats ont Moise terminant avec 32,8 pour cent des votes à de Jude Célestin 25,2 pour cent.

Les accusations ont déclenché une crise post-électorale et les protestations croissantes. Le mercredi deux candidats à la présidentielle ont été blessés après que la police a tiré des balles en caoutchouc pour disperser une manifestation. Deux jours plus tard, un violent affrontement entre le gouvernement et partisans de l'opposition conduit à la mort d'un manifestant, et un autre a eu le dos de sa tête tranché ouvert avec une machette.

Un groupe de huit candidats à la présidentielle, y compris la deuxième place finisseur Célestin a condamné la «brutalité» de la force de la police d'Haïti pendant les manifestations.

Les candidats, ainsi que des observateurs, ont appelé à une commission de cinq membres indépendants de vérifier le vote. Neuf membres Conseil électoral provisoire (CEP) d'Haïti , cependant, a rejeté la demande en disant qu'il n'a pas le pouvoir de former la commission. La crise et les tensions assurant ont mis en péril la deuxieme tour prévue pour le 27 décembre, avec certains partis politiques de l'opposition appellant à l'annulation du vote tandis que d'autres insistent sur le fait que le gouvernement de transition est le seul moyen de sortir de la crise.

Quelques instants avant Moise accueilli par la petite foule à l'intérieur de la galerie du Centre culturel, des représentants de Fanmi Lavalas parti politique de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide à Port-au-Prince tenaient leur propre rencontre avec la presse.

Candidat à la présidence du parti, le Dr Maryse Narcisse, est un des deux seuls candidats à la présidentielle qui a légalement contesté les résultats. La semaine dernière, un tribunal électoral lui a donné accès à vérifier certaines des feuilles de pointage au Centre de Tabulation.

«Ils sont passés par tous les ministères et il n'y avait pas un endroit où il n'y avait pas une violation de la loi électorale", a déclaré Narcisse au Miami Herald. Elle a noté que dans certains cas, les votes ont dépassé le nombre d'électeurs à un bureau de vote, les feuilles de pointage ne sont pas signés ou la liste des électeurs était manquant.

Alors qu'une équipe juridique sera finalement décider des prochaines étapes, Narcisse a déclaré que le parti demande "pour que les sanctions soient prises contre toutes les institutions, y compris les membres de la CEP, qui ont participé à cette fraude massive."

La visite de Moise est venu après un arrêt controversé à New York au cours de laquelle il a été accueilli par des applaudissements et de protestation par des Haïtiens accusant que lui et son parti PHTK ont essayer de voler le vote du 25 octobre reprochés. La visite de Miami a été beaucoup plus discret. La Police de Miami, cependant, ont fait échec à une tentative d'un petit groupe de manifestants Lavalas qui ont dit qu'ils ne pouvaient pas démontrer parce qu'ils manquaient un permis. Malgré l'insistance de la police, ils ont essayés - Le chanteur et activiste  Farah Juste, été brièvement arrêté puis relâché par la police.

Apparemment pas progressive par la controverse, Moise a cherché à rassurer la petite foule de la légitimité de sa candidature et de son programme pour aider Haïti. Il a également rejeté un sondage de sortie par une entreprise brésilienne qui l'a placé en quatrième position et déclaré que la majorité des Haïtiens interrogés croyait qu'il y avait fraude dans les élections.

Moise a déclaré que son seul doute à propos de l'élection est de savoir si, une fois les résultats définitifs sont publiés par le CEP, il serait déclaré vainqueur du premier tour ou la tête dans un ruissellement.

"Si il y aura un deuxième tour, je suis prêt à faire campagne pour vendre la même vision, le même programme, le même projet, qui consiste à amener le sol, les rivières, le soleil ensemble pour [développer] le pays...Jovenel Moise est un gars qui va continuer à faire tout ce qui est bon dans tous les domaines, mais l'agriculture est notre locomotive."

In : Elections 



a
eXTReMe Tracker

Make a free website with Yola