Photo published for Before Haiti’s new president even takes office, he’s battling money-laundering suspicions

Hier matin, le président élu d'Haïti, Jovenel Mo
ïse, s'est présenté devant le juge d'instruction qui s'occupe d'un cas d'allégations de blanchiment d'argent qui a secoué le nouveau président, après que l'UCREF, une agence gouvernementale, a publié un rapport indiquant qu'il y avait plus de 5 millions de dollars en transferts suspects effectués par un compte personnel à la Banque nationale de crédit entre janvier 2012 et avril 2013, que Moise a tenu avec sa femme.


Les transactions financières effectuées par le biais du compte bancaire détenu par le nouveau président et son épouse, entre 2007 et 2013, ont été signalées comme suspectes par l'agence et transmises au Bureau du Procureur du Tribunal civil, conformément aux lois haïtiennes. Le rapport n'a jamais été rendu public avant sa récente publication il y a deux semaines.

Moïse continue de nier les allégations, citant le rapport comme des erreurs de bureau, car le compte en question était en gourdes, pas en dollars américains, ce qui signifie que sa valeur totale était de 40 fois moins que rapporté par l'agence.

Il n'est pas encore clair si une décision sera rendue sur l'affaire avant que le président élu prenne ses fonctions le 7 février 2017.