Haiti Election: Candidats ont payer des milliers de dollars en pots de vin aux juges de la Cour électorale et membres du CEP

Posted by hougansydney.com on Thursday, December 17, 2015 Under: Corruption


Un scandale de corruption menace de faire dérailler le processus et l'installation de la 50e législature en Janvier.

Plusieurs candidats législatives ont sur les ondes mercredi, détailler la façon dont ils ont été invités à payer des milliers de dollars en pots de vin aux juges de la Cour électorale et les membres du CEP dans l'espoir d'obtenir une place dans le nouveau parlement. Même si un membre de la CEP anonyme a réfuté les allégations au journalistes de la radio, un juge accusé plus tard a confirmé que des pots de vin ont été faits - mais pas à lui.

Parmi ceux qui sont venus avant était Gerald Jean, un candidat pour le parti VERITE, qui a été en lice pour représenter Ferrier / Perches dans la la Chambre des députés inférieur. 

Jean a expliquer a plusieurs stations de radio comment il avait payé plus de $ 25.000 à un juge et un membre de la CEP dans l'espoir de gagner son siège en appel. Il a montré des copies de deux bordereaux de dépôt bancaire et a déclaré un autre 15 000 $ en espèces a été remis dans une enveloppe.

L'ensemble du récit ressemble à un blockbuster de Hollywood, où les juges se sont réunis en secret avec les candidats dans les hôtels, bar de nuit pour recueillir des sommes importantes d'argent afin de garantir aux candidats une place dans le prochain parlement.

Plus tôt aujourd'hui, le président sortant Michel Martelly, a publié un décret présidentiel, la création d'une «commission d'évaluation» pour faire en sorte que le second tour des élections ne soit pas entachée d'allégations de fraude, comme dans le premier tour.

Depuis la publication des resultats des élections d'octobre, des centaines de milliers de personnes ont envahi les rues, dénonçant ce qu'ils disent est une "fraude électorale massive", et exigeant la formation d'une commission indépendante pour vérifier les bulletins de vote du premier tour. Pas une commission qui garantira un second tour équitable.

Certains observateurs d'Haïti disent maintenant que la question était désormais plus de savoir si le tour de la présidentielle le 27 décembre restait une possibilité, mais si une élection avec l'actuel CEP est du tout faisable et acceptable pour quiconque, étant donné les allégations de corruption.  Certains se demande maintenant si le processus pourrait même être sauvé.


Beaucoup, y compris des journalistes de renom tels que Valery Numa; font déjà appel au ministre de la Justice, de faire une enquête plus approfondie, et de faire un exemple de ceux trouvés à avoir accepté de l'argent en échange de positions de au législatif.

In : Corruption 



a
eXTReMe Tracker