Haïti se prépapre contre un tremblement de terre et un tsunami

Posted by AFP on Sunday, May 8, 2016 Under: Securité



Un gymnase de l'école remplit avec des centaines d'étudiants qui cherchent un abri contre un tremblement de terre et le tsunami, avec des sifflets au prêt dans le cas où ils sont pris au piège par les décombres et ont besoin d'être secourus.

Cétait seulement un exercice, mais l'exercice de vendredi fait partie des efforts du gouvernement haïtien pour améliorer sa capacité à répondre aux catastrophes naturelles, six ans après un tremblement de terre dans la capitale Port-au-Prince a tué plus de 200.000.

Deuxième plus grande ville d'Haïti, Cap-Haïtien est extrêmement vulnérable, situé sur la côte nord du pays entre deux grandes failles sismiques.

"Ceci est seulement un exercice et vous pouvez déjà voir le stress chez les gens», a déclaré Pierre Betonus, un géologue travaillant dans le centre des opérations d'urgence où l'information sur le séisme et le tsunami fictif est diffusé en continu.

«Chaque décision est importante parce que le but est de sauver plus de vies," dit-il.

La population de Cap-Haïtien est estimée à environ 500 000, mais la ville ne dispose que de 23 pompiers.

"Il n'y a rien du tout, mais nous allons essayer de faire ce que nous pouvons", a déclaré  l'officiel Jean Frandy, stationné à la table «recherche et sauvetage» dans le centre de commandement.

A quelques kilomètres, les rues du centre-ville ont été remplis avec des étudiants en uniforme scolaire. Dans le cadre de l'exercice, plus de 3700 ont été commandés pour évacuer en raison de la menace d'un tsunami.

"Si cela se produirait, nous serions vraiment en cours d'exécution,» rit Cara Meillandre, se déplaçant vers le ralentissement de terrain plus élevé avec ses camarades de classe dans une ligne de fichier unique.

Bien que le 16 ans et ses amis ont apprécié un matin en dehors de la salle de classe, Meillandre était néanmoins sérieux quand on parle des risques de la vie à Cap Haïtien.

"Les tremblements de terre sont un gros problème pour nous et les tsunamis sont aussi un danger ici. Vous pourriez survivre à un tremblement de terre, mais être tué par le tsunami", at-elle dit.

Sous le regard du maintien de la paix et de la police bloquant le trafic des Nations Unies, les étudiants lents ont été rassemblés dans le gymnase et rappelés à l'ordre.

"Vous devez répéter cet exercice pendant des années et des années, de sorte qu'il devient un réflexe non seulement chez les enfants, mais aussi le reste de la population», a déclaré Mourad Whaba, coordinateur humanitaire de l'ONU en Haïti.

Les cloches des églises sonnaient lors de l'exercice pour avertir les résidents du danger, mais ils ne pouvaient guère se faire entendre à l'intérieur des salles de classe bruyantes.

"Sirenes pour informer les gens qu'ils doivent évacuer doit être installé", a déclaré Whaba.

L'exercice comprenait un total de 4.500 personnes et d'éduquer la population en général sera un énorme défi.

Le dernier grand tremblement de terre a frappé à Cap-Haïtien, en 1842, et avait tué la moitié de la population.

Selon les experts, si le tremblement de terre de magnitude 6,7 et le tsunami dans le forage effectivement frappe la ville, 46.000 personnes seraient tuées, 221.000 serait laissé sans abri et la moitié des bâtiments de la ville détruit- y compris son port, l'aéroport et la centrale électrique - seraient détruits .

In : Securité 



a
eXTReMe Tracker

Make a free website with Yola