L'ancien président haïtien René Preval, décédé vendredi à l'âge de 74 ans après un accident cardio-vasculaire, sera honoré lors d'un enterrement d'Etat, a rapporté Chimene Sylvestre, directrice des communications de l'ancien président.

Les vestiges de l'ancien chef de l'Etat entre 1996 et 2001 et de 2006 à 2011 seront exposés vendredi au Musée du Panthéon National d'Haïti, sur la grande place du Champ de Mars, à quelques mètres du palais présidentiel, qui été détruit par le tremblement de terre de janvier 2010 et n'a pas encore été reconstruit.

Sur la même place, au cœur de Port-au-Prince, des funérailles nationales auront lieu le samedi matin, dans un lieu d'une capacité de 5 000 personnes.

Préval sera enterré samedi après-midi à 200 km au nord de la capitale, à Marmelade, lieu de naissance de son père, où l'ancien président a passé son enfance.

La société haïtienne s'est félicitée des efforts déployés par Preval pour stabiliser le pays le plus pauvre des Amériques.

«Je me prosterne aux restes de ce digne fils d'Haïti», écrit le président actuel Jovenel Moise sur Twitter après avoir appris le décès de Preval.

Jocelerme Privert, président provisoire (2015-2016) et conseiller du cabinet Préval, a souligné la volonté permanente de parvenir à un consensus qui encourageait ceux que les Haïtiens appelaient «Ti René».

"Négocier avec ses principaux adversaires, cherchant à combiner aux extrêmes, pour lui aucun prix était trop élevé quand il s'agit de parvenir à un consensus", a déclaré Jocelerme Privert dimanche. "René est le père de cette Haïti stable, politiquement et socialement pacifiée", a-t-il ajouté.

Après la fin de la dictature de Duvalier, en 1986, Preval est le seul président haïtien à parvenir à deux mandats, la limite imposée par la Constitution, sans souffrir de coups d'État ni être forcé à l'exil.