Haïti est le troisième pays le plus urbanisé d'Amérique latine et des Caraïbes mais la croissance économique traine

Posted by AFP on Wednesday, January 24, 2018 Under: Economie
Image result for Urbanisation in Haiti

L'urbanisation est en hausse en Haïti, le troisième pays le plus urbanisé d'Amérique latine et des Caraïbes, mais la croissance économique reste à la traîne, a annoncé mardi la Banque mondiale, avertissant que la menace croissante des catastrophes naturelles sur les villes ne faiblissait pas.

Plus de six millions de personnes, soit 64% de la population, vivent maintenant dans les villes du pays le plus pauvre des Amériques, contre seulement un tiers des habitants en 1996, a indiqué l'institution financière mondiale dans un rapport.

Mais, contrairement à la tendance mondiale, la croissance économique n'a pas accompagné l'urbanisation en Haïti. Le PIB par habitant est passé de 757 USD en 1996 à 727 USD en 2013.

"Il y a eu un processus d'urbanisation très rapide, à un rythme moyen de cinq pour cent par an, qui n'a pas été accompagné d'investissements d'infrastructure suffisants pour gérer cette croissance urbaine", a déclaré Sameh Wahba, directeur de la Banque mondiale. .

Les services de base font également cruellement défaut. Couplé avec le manque d'infrastructure, cela compromet la productivité et la qualité de vie, note le rapport.

Un financement insuffisant signifie que plus d'un tiers des citadins n'ont pas accès à de l'eau potable, tandis que les deux tiers n'ont pas accès à un assainissement amélioré. On estime que huit pour cent défèquent ouvertement.

Et la plupart des citadins luttent plus que leurs homologues ruraux pour trouver un emploi.

"Plutôt que de bénéficier de fortes densités, les villes d'Haïti sont aujourd'hui des endroits surpeuplés avec de grandes lacunes dans les infrastructures et les services", indique le rapport.

"La croissance urbaine résiliente est entravée par ces lacunes et par une exposition accrue aux catastrophes naturelles, et par une planification inefficace de l'utilisation des terres."

Le dysfonctionnement et le coût du système de transport signifient qu'environ les trois quarts des citadins ne prennent pas quotidiennement le transport motorisé, choisissant soit de ne pas voyager, soit de marcher partout.

"Des améliorations du système de connectivité sont nécessaires pour accroître la résilience et promouvoir la croissance économique et la création d'emplois", indique le rapport.

Wahba a noté que dans la capitale Port-au-Prince, les piétons ont accès à une moyenne de seulement 12 pour cent des emplois dans la ville, ce qui "réduit leurs chances d'augmenter les revenus".

Et la croissance urbaine rend également le pays plus vulnérable aux catastrophes naturelles.

Huit ans après un séisme dévastateur qui a fait plus de 200 000 morts et causé des dégâts estimés à 117% du PIB, la construction chaotique est encore omniprésente malgré un code de la construction.

La quasi-totalité de la superficie d'Haïti est considérée comme un risque sismique «moyen» ou «élevé», et la Banque mondiale estime que 58% des zones bâties sont exposées à un risque d'inondation.

La Banque mondiale a recommandé d'investir sérieusement dans les services de base pour assurer une planification urbaine «résiliente» et mieux se préparer à la croissance urbaine. Il a également appelé à l'amélioration des transports et à un meilleur financement municipal.

In : Economie 



a
eXTReMe Tracker