Haïti Election: Trop de candidats, trop de missions d'observation internationales

Posted by Sydney Noel on Friday, October 23, 2015 Under: Elections



La Communauté des Caraïbes (CARICOM) va monter une mission d'observation des élections pour surveiller le premier tour des élections présidentielles entre quelque 50 candidats, et le second tour des élections législatives, qui auront lieu ce dimanche 25 Octobre. La mise en service de cette mission intervient à la demande du gouvernement d'Haïti et suit la présence de la CARICOM missions d'observation des élections à Saint-Kitts-et-Nevis, le Guyana, le Suriname et Trinité-et-Tobago.

Il convient de noter que la CARICOM n'est pas la seule institution multinationale dont le gouvernement haïtien a demandé de l'aide pour superviser la plus grande élection dans l'histoire du pays. L'ONU, l'OEA, l'UE et de nombreuses autres organisations non gouvernementales vont aider à surveiller le processus électoral dans le pays.

Même si ces organisations montrent une grande volonté d'aider Haïti à travers l'un de ses transitions démocratiques les plus importants; leurs intérêts pourraient une fois de plus être égoïste; comme nous l'avons vu trop de fois dans le passé récent.

L'implication continue de la communauté internationale dans les élections haïtiennes sape même la démocratie qu'ils prétendent promouvoir, tout en étouffant le vrai changement que les haïtiens ont besoin.

Le vote du peuple d'Haïti n'est pas accorder la même sainteté que les nations occidentales accordent à leur propre. Ils négligent complètement la volonté du peuple et les candidats de ramassage à la main qui serviront au mieux leurs intérêts. Les élections en Haïti ont toujours été truquées avec des irrégularités et ont toujours été contestés. Pourquoi? Parce que la communauté internationale n'a pas été en mesure d'arrêter son obsession de l'ingérence dans les affaires de tous les pays.

Comme la dernière publication des emails de Hillary Clinton alors secrétaire d'Etat américain  ont montré comment les États-Unis par le Département d'État et l'OEA (même qui sera chargé de superviser l'élection de cette année) ont forcé le gouvernement haïtien à modifier les résultats de l'élection présidentielle de 2010 en supprimant de manière flagrante un candidat qui ne leur plaisait pas.

La mission d'un observateur électoral n'est pas pour prévenir la fraude, mais plutôt d'enregistrer et de signaler de tels cas. Les observateurs électoraux sont généralement soit directement impliqués ou sont des mains d'arrière-scène.
 Je ne veux pas paraître comme un dissident en colère, mais les élections passées en Haïti n'ont pas laissé de grands attributs à vanter.

Cette élection avec le taux de participation moins ou environ 10% c'est juste une mascarade politique pour masquer l'échec catastrophique de l'implication internationale en Haïti; surtout depuis le séisme de 2010. Pratiquement rien n'a été reconstruit, il ya encore environ 80.000 personnes vivant sous les tentes, l'épidémie de choléra introduites dans le pays par les soldats de l'ONU fait toujours ravage, après avoir pris les vies de près de 10.000 et dégoûtés des centaines de milliers d'autres; des dizaines de milliers haïtiens et des Dominicains d'origine haïtienne sont déportés en Haïti par la République dominicaine.

Haïti n'a pas besoin d'un autre observateur électoral. Un observateur des échecs peut-être? Eh bien, nous avons assez d'eux déjà trop.

In : Elections 



a
eXTReMe Tracker