Image result for Guy Philippe at the Miami court house

Le sénateur haïtien Guy Philippe, qui a été arrêté et extradé la semaine dernière aux États-Unis pour un certain nombre de trafics de drogue et de blanchiment d'argent, a plaidé non coupable ce matin devant un tribunal fédéral de Miami.

De nombreuses personnes se sont présentées à l'audience pour soutenir l'accusé de trois chefs d'accusation de conspiration pour introduire de la cocaïne aux États-Unis et de blanchiment d'argent.

Ses partisans disent que l'arrestation de l'ancien rebelle, qui a renversé avec succès le président démocratiquement élu Jean Bertrand Aristide en 2004, est politiquement motivé et illégal, étant donné que Guy Philippe jouit de l'immunité en tant que sénateur élu.


Philippe, 48 ans, a été transporté aux États-Unis pour faire face aux accusations après son arrestation la semaine dernière dans la capitale haïtienne de Port-au-Prince lors d'une émission radiophonique en direct. Philippe avait été élu au Sénat haïtien lors de l'élection du 20 novembre et était seulement trois jours loin d'être assermenté quand il a été capturé.

Beaucoup de partisans portaient des T-shirts avec l'image de Philippe et le slogan «Un sénateur pour le peuple». À l'extérieur du palais de justice du centre-ville de Miami, certaines personnes portaient des signes «Free Guy Philippe» et brandissaient le drapeau haïtien. La femme de Philippe, Natalie, a assisté à l'audience et a rencontré des manifestants, mais a refusé de parler aux journalistes.


En Haïti, il y a eu plusieurs troubles dans le sud-ouest du département du Grand Anse où Philippe avait sa place forte et dont il a gagné le siège au Sénat.
Un poste de police, la maison municipale ainsi que les maisons de plusieurs citoyens américains ont été attaqués. Les maisons des trois missionnaires américains ont été incendiées.

L'ambassade américaine à Port-au-Prince a depuis publié un message de sécurité avertissant les citoyens américains des troubles dans la région et de partir si possible.


Hier, le ministère de l'Éducation d'Haïti a annoncé que les classes dans le département de Grande Anse ont été annulées jusqu'à nouvel ordre, en raison de préoccupations pour des manifestations violentes.

L'arrestation de Guy Philippe a également causé de nombreuses réactions au sein du parlement haïtien, avec de nombreux législateurs demandant un amendement au traité d'extradition Haïti-États-Unis. Un amendement très probable étant donné que le parti de Guy Philippe jouit de la majorité dans les deux chambres du parlement haïtien et le prochain président d'Haïti, Jovenel Moise est du même parti; bien qu'il n'ait pas fait d'observations publiques au sujet de l'arrestation.