Image result for Digicel Haiti

La plus grande entreprise de téléphonie cellulaire d'Haïti s'est retrouvée envahie par un scandale électoral en Haïti, risquant de porter un grand préjudice à la crédibilité de sa marque dans son marché le plus précieux des Caraïbes.

Le chef de la plus importante société de téléphonie mobile d'Haïti, Maarten Boute, a reçu une lettre d'invitation du procureur de Port-au-Prince, Danton Léger, pour témoigner devant la Cour et clarifier le rôle que son entreprise Digicel pourrait avoir dans la diffusion des résultats préliminaires des élections de dimanche, en violation de la loi électorale, et peut-être dérailler le processus et plonger le pays dans une crise politique plus profonde.


A Monsieur Maarten Boute
PDG de la Compagnie t
éléphonique Digicel

Monsieur le Directeur,

Le Parquet de Port-au-Prince vous présente ses compliments et se fait, dans le cadre de sa mission SACRO-SAINTE d'application de la loi, le devoir impérieux de vous inviter à vous présenter au parquet, le lundi, que l'on comptera 28 novembre 2016 à dix heures du matin, motif de ce que votre compagnie aurait publié certains résultats des élections organisées dans le pays le 20 novembre dernier, en violation flagrante du décret électoral régissant les elections.

Magistrat Jean Danton Léger

Commissaire de Port-au-Prince


La nuit du jour de l'élection, le 20 novembre, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote et le début du comptage à la main des bulletins, des milliers d'abonnés de Digicel ont reçu un SMS qui disait en Kreyol haïtien que «tous les bulletins ont été comptés, PHTK a remporté l'élection avec 64% des voix. CNN l'a confirmé. " Un de nos correspondants en Haïti a reçu un texte similaire à 21h26. Les célébrations du «vainqueur» candidat à la présidence de la PHTK, Jovenel Moise, ont immédiatement commencé à avoir lieu autour d'Haïti alors que les nouvelles commencèrent à se répandre. Cette même nuit, le parti Fanmi Lavalas a également déclaré qu'il avait gagné l'élection. Le lendemain à  midi, malgré moins de 25% des bulletins de vote comptés, le porte-parole du parti PHTK, Rudy Herivaux, a tenu une conférence de presse déclarant son candidat à la présidence, Jovenel Moise, le «président élu d'Haïti». Ajoutant: "Nous savons officiellement, le pays sait, le monde sait qui est le président élu d'Haïti et ce n'est pas un mystère."   


Parmi les questions difficiles que le PDG de Digicel Haïti devra répondre, on peut citer: Comment des milliers de personnes ont-elles toutes reçues les mêmes messages au m
ême moment ? Ces messages textuels provenaient-ils de Digicel lui-même ou de nombreux numéros appartenant au parti PHTK ou aux personnes travaillant pour le parti? Le CONATEL qui réglemente les télécommunications d'Haïti doit faire une enquête complète pour déterminer la source de ces messages texte. Digicel n'est pas responsable du contenu des messages envoyés par ses abonnés, mais elle est la seule responsable de ses propres communications.

Également le jour des élections, près des centres de vote, de nombreux sympathisants de PHTK ont distribué des cartes prépayées de Digicel imprimés avec le nom du candidat Jovenel Moise et le logo du parti PHTK.





Les soupçons et les rumeurs selon lesquelles la plus grande compagnie de téléphonie cellulaire d'Haïti avec près de 5 millions d'abonnés pourraient avoir ou avoir essayé de jouer un rôle dans le résultat des élections sont très gênants et sont des raisons suffisantes pour être des préoccupations extrêmes pour tout le monde et doivent être enquêté immédiatement , pas seulement dans le contexte de l'élection, mais comme une question de sécurité nationale.


Digicel s'intéresse-t-elle aux résultats de l'élection haïtienne?

 Absolument. L'intérêt de Digicel dans le résultat de l'élection haïtienne ne peut pas être sous-estimé et les soupçons qu'il pourrait favoriser un candidat particulier dans la course n'est pas totalement infondée.

Le candidat à la présidence du parti PHTK, Jovenel Moise, a été choisi par l'ancien président Michel Martelly et sous la présidence de Michel Martelly (2010-2015). Digicel a reçu de nombreux accords fiscaux favorables, il a prospéré en Haïti et s'est même aventuré dans d'autres secteurs de l'économie haïtienne comme le tourisme.


- En mars 2012, le gouvernement haïtien a approuvé l'acquisition par Digicel de Comcel / Voila, son concurrent principal en Haïti, pour 97 millions de dollars. Et après son troisième concurrent, HaiTel a été liquidé par le gouvernement Michel Martelly, pour la dette publique de la société, Digicel a été laissé avec 85% des parts de marché des abonnés.
Le chiffre d'affaires de Digicel en Haïti en 2014 était de 498 millions de dollars

- En 2011, un donateur de la Fondation Clinton s'est adressé au bureau de Hillary Clinton pour promouvoir un projet hôtelier en Haïti qui sera plus tard soutenu par le gouvernement américain et Bill Clinton, selon des courriels publiés par le Département d'Etat américain. Richard L. Friedman, un développeur de Boston, a envoyé un courriel à Cheryl Mills, Hillary Clinton, chef de cabinet pour la proposition d'un projet de Digicel en partenariat avec le Marriott et la Fondation Clinton pour construire un hôtel de luxe de 45 millions de dollars à Port-au-Prince. Le Marriott Port-au-Prince a ouvert ses portes en 2012.

Digicel a contribué entre 25 000 $ et 50 000 $ à la Fondation Clinton et son propriétaire, le milliardaire irlandais Denis O'Brien, a fait don de 5 à 10 millions de dollars. Unigestion Holdings, une filiale de Digicel qui aurait été chargée de gérer le Marriott de Port-au-Prince, aurait contribuer entre 10 000 $ et 25 000 $.

Les courriels d'Hillary Clinton publiés par Wikileaks confirment que le Département d'Etat des États-Unis a joué un rôle de premier plan en modifiant les résultats de l'élection présidentielle haïtienne 2010 en faveur de Michel Martelly et ce scandale électoral impliquant Digicel montre comment les restants des Clinton dans la politique haïtienne continue. Si Digicel est effectivement avéré avoir envoyé ces SMS publiants des fausses résultats de l'élection, elle pourrait et devrait être soumis à de lourdes amendes.

Il n'est pas clair si l'invitation de Marten Boute, PDG de Digicel Haïti, de comparaître devant le tribunal fait partie de l'enquête que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a déclaré qu'il envisageait de lancer après que les deux partis politiques aient revendiqué la victoire avant que les résultats officiels ne soient publiés .