5c8bd6f4-8412-4c19-ab11-39cc46478393

Il y a peu de doute que les élections de ruissellement 
présidentielles, prévues pour le 24 Avril, se dirige vers un troisième retard.

Mais cela n'arrête pas trois médecins haïtiano-américains de la Floride du sud, et des copains de l'ex-président haïtien Michel Martelly, d'organiser une collecte de fonds au nom de son candidat favori, Jovenel Moise.

Drs. Rudolph Moise, Reginald Pereira et Joseph Fanfan organisent une réception cocktail de financement du 6 au 8 p.m. dimanche au cabinet médical North Miami, 655 NW 119th St. Minimum suggéré comme don,1000 $.

Les résultats officiels ont mis Jovenel Moise dans le ruissellement contre la deuxième place de finition Jude Celestin. Mais Celestin, l'ancien chef de l'agence de construction de l'Etat, avait immédiatement rejeté les résultats comme «une farce ridicule."

Un think tank basé à Washington, le Projet Démocratie en Haïti, a déclaré aux journalistes à Port-au-Prince la semaine dernière qu'il a trouvé le premier tour de la présidentielle du 25 Octobre était généralement libre et équitable de la fraude. Le groupe, qui avait fait équipe avec l'Organisation nationale pour l'avancement des Haïtiens l'année dernière, avait 208 observateurs électoraux aux bureaux de vote.

Les groupes d'observateurs haïtiens locaux, ont allégués que la course était entachée de fraude électorale généralisée en faveur de Moise, avait 1.640 observateurs. Moise a nié les allégations.

Pendant ce temps, l'ancien chef de l'Organisation des États américains qui a dirigé une mission spéciale en Haïti plus tôt cette année est sorti en faveur de vérifier les votes. L'ambassadeur Ronald Sanders a déclaré au Miami Herald, vendredi, que la seule façon pour la communauté internationale d'éviter une crise politique en Haïti est pour elle de soutenir un processus de vérification de vote. Plusieurs ambassades étrangères, dirigé par l'ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince, sont opposés à toute sorte de dépouillement ou évaluation scientifique du vote et exhortent le gouvernement intérimaire d'Haïti de reprendre rapidement son processus électoral interrompu.