De très bon signes dans le procès electoral en Haiti

Posted by Le Nouvelliste on Friday, March 27, 2015 Under: Elections



Le Conseil électoral provisoire (CEP) fait jusqu’ici son boulot. Tant mieux. Plusieurs points de son calendrier jugé « trop serré » sont déjà épuisés. De bons signes pour la tenue des élections. Après l’inscription des partis et regroupements de partis politiques voulant participer aux élections, le CEP a gagné le pari de publier la liste de ceux (partis) qui sont autorisés à y prendre part. On sait que 105 entités politiques sont agréées sur 192 inscrites. D’autres partis politiques ont la possibilité de rattraper le train s’ils arrivent à compléter leurs dossiers dans le délai imparti par le CEP. Ce qui ne plairait pas à ceux qui croient que le pays n’a pas besoin d’autant de partis politiques.

 Heureusement ou malheureusement que nous sommes en démocratie. Chacun a le droit de se porter candidat pour devenir président, sénateur, député, ASEC, CASEC…Rien n’empêche un citoyen de constituer son parti politique et le faire inscrire pour participer aux élections. D’ailleurs, ceux qui promettaient de faire fleurir la démocratie en Haïti se font maîtres dans la formation de partis politiques. A chaque élection, un nouveau parti. A leurs yeux, une pléthore de partis et de particules sur la liste électorale est le signe que notre démocratie est en bonne santé.  

Que beaucoup de partis se fassent inscrire pour prendre part aux élections là n’est pas le problème. Que 10, 30, 60 citoyens se portent candidats à la présidence, ce ne devrait pas non plus un problème dans la mesure où il revient aux électeurs de trancher. Le problème, c’est quand les citoyens ne jouent pas leur rôle.  Quand ils ne manifestent aucun intérêt pour les élections et choisissent de rester chez eux le jour du vote. Nous ne sommes pas encore là. Il reste beaucoup d’étapes à franchir avant d’arriver au vote. 

Entre-temps, certains citoyens s’offusquent du fait que certains citoyens, soupçonnés de gestion calamiteuse des deniers publics, arrivent à faire inscrire leur parti politique pour participer aux prochaines joutes électorales. Ils ont raison eu égard à ce qui se passe en République dominicaine avec l’homme d’affaires et ancien sénateur Felix Bautista et au Sénégal avec Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade. Fermons la parenthèse.

Ce jeudi, l’institution électorale a  publié le résultat de l’évaluation des BED et des BEC. Les conseillers électoraux jugent nécessaire de donner suite aux contestations contre les membres des BED et des BEC du Nord, du Nord-Est, de l’Artibonite, de la Grand’Anse, de l’Ouest et du Centre. Une mauvaise nouvelle pour les anciens parlementaires et les partis politiques qui les contrôlaient. Cependant, une bonne nouvelle pour la crédibilité des élections. 

Le CEP jouit jusqu’ici d’une certaine confiance. De quoi porter tous les acteurs, même les plus récalcitrants, à embarquer dans le processus électoral. Les mesures adoptées jusqu’ici par le CEP ne donnent pas lieu à de fortes contestations. Un bon signe pour la tenue de bonnes élections. 

Est-il trop tôt pour croire que 2015 sera différente de 2010 et 2006 ?

In : Elections 



a
eXTReMe Tracker