Consul nommé par le président dominicain en Haïti, a été récemment arrêté pour trafic illégal d'Haïtiens

Posted by Acento on Monday, January 8, 2018 Under: Haiti/Dominican Republic relations
Andrés Boció

Certains des consuls nommés hier soir par le président Danilo Medina ont été arrêtés récemment accusés de trafic illégal d'Haïtiens, et dans le gouvernement de Leonel Fernandez a été annulé comme consul en Haïti pour avoir opéré plusieurs consulats clandestins.

C'est Andrés Boció Fortuna nommé par le décret 330-14, Art. 4, en tant que ministre consulaire responsable consulaire à Belladere, Haïti, où il a été annulé en 2007 à la suite d'une enquête de la Chancellerie dominicaine.

Le 5 mai dernier, Boció Fortuna a été arrêté par des membres de la division du renseignement militaire G-2 de l'armée de la République dominicaine, alors qu'ils transportaient 15 Haïtiens sans papiers de la municipalité de commandant vers le district national.


Lorsque l'armée a jeté le gant, la Fortuna a été transportée dans le Chevrolet SUV, noir, plaque G25647, et a été transféré de la frontière au quartier général de l'armée de la République dominicaine, où il a été interrogé par des agents du renseignement.

En raison de son influence politique et dans le gouvernement, en tant que membre du Comité central du Parti de la libération dominicaine (PLD), il a pu échapper à la soumission à la justice.

En tant que consul en Haïti

En janvier 2007, le Ministère des Affaires Etrangères a renvoyé Andrés Boció Fortuna, alors consul de République Dominicaine à Belladere en Haïti, pour avoir opéré deux consulats clandestins gérés par des ressortissants haïtiens et où des visas dominicains étaient délivrés sans l'autorisation du Ministère des Affaires Etrangères.

La désignation de Fortuna le renvoie au même consulat d'où il a été licencié dans le gouvernement de Leonel Fernandez, mais maintenant il revient avec plus de pouvoir en sa qualité de ministre conseiller, que le grade de diplomate.

D'ici là, le consul Andrés Boció a compté sur les services des haïtiens Livingston Philistien, Yves Maxi, Ernest Josehp, Louis Bernadin, Jeanty Batien, François Leonce, Herno Josehp, Alex Destine et Cys Sainfort, qui étaient également ex-consul Cheche Luna, morte il y a quelques années.

Pendant son temps comme consul à Belladere, Haïti, Boció Fortuna, a également fait face à une autre enquête pour la falsification supposée de centaines de visas qui ont été utilisés pour trafiquer des Haïtiens et des Cubains vers le territoire dominicain.

Comme si cela ne suffisait pas, avant son annulation, Fortuna a été accusé de fraude et de trafic illicite d'immigrants, offrant des voyages en Espagne, avec d'autres personnes.

Cette enquête a été menée par le directeur du Département contre la traite et le trafic de Perona du ministère du Procureur général de la République de l'époque, Frank Soto, et le procureur adjoint d'Elías Piña, en décembre 2007.

Les personnes qui ont porté plainte contre Boció Fortuna étaient Juan Bautista Castillo, Robertina Moreta Remero, Elvira de León, Fernando Alcántara, Juan Garcia, Rosa María Lapaix Alcántara, Miguel Rosario Jaqués et Nueves Alcántara, qui auraient payé près de deux millions de pesos pour les prétendus voyages. à Estaña.

Bocio ou Boccio a été nommé par le décret 330-14 publié par le chef de l'exécutif, Danilo Medina, et publié hier.

Le 6 décembre 2007, le journal Diario Libre a publié les informations suivantes écrites par le journaliste Socorro Arias:

Chancellerie a suspendue le Consul Andrés Boció

SANTO DOMINGO.-Le conseiller de l'ambassade dominicaine en Haïti et consul du Plateau central avec siège à Belladère, Andrés Boció Fortuna, avait été suspendu par le ministère des Affaires étrangères il y a deux mois.

Des sources de Diaro Libre ont signalé que le consul avait été suspendu pendant qu'il faisait l'objet d'une enquête pour falsification présumée de visas qui seraient utilisés pour le trafic illicite d'immigrants, à travers la frontière avec le pays voisin.

La source a révélé qu'en raison de son influence dans le gouvernement et parce qu'il était un haut dirigeant du Parti de la libération dominicaine à Elías Piña, il aurait été "retiré" de l'enquête ouverte par le ministère des Affaires étrangères à l'époque.

Les visas dominicains ont été photocopiés et vraisemblablement vendus, car à la frontière, les militaires n'ont aucun moyen de vérifier s'ils sont authentiques ou non. Ce mécanisme aurait été utilisé pendant des mois, selon des sources de Diaro Libre.

Boció fait actuellement l'objet d'une enquête sous l'accusation d'escroquerie et de trafic illicite d'immigrants, avec des offres de voyage en Espagne.

Les autres documents présentés étaient Alberto Brito Sánchez, Elido Rodríguez Capellán, le maire Aquino, Arsenio Fortuna et Félix Antonio Martínez Guzmán.

Les enquêtes sur l'affaire sont menées par le directeur du Département de lutte contre la traite des êtres humains et la traite des êtres humains du parquet, Frank Soto, ainsi que par le procureur adjoint d'Elías Piña.

Le substitut du procureur général a interrogé les plaignants Juan Bautista Castillo, Robertina Moreta Romero, Elvira de León, Bernardo Alcántara, Juan Garcia, Rosa María Lapaix Alcántara, Miguelina Rosario Jáquez et Nieves Alcántara Mateo, qui auraient payé 1,8 million de pesos pour le voyage en Espagne. 

Le 9 mai 2014, le journaliste vétéran de San Juan Manuel Espinosa Rosario a signé les informations suivantes qui ont été publiées dans le journal Hoy et dans plusieurs journaux numériques du Sud et de la zone frontalière:

G-2 s'empare de l'ex-consul Andrés Boció avec des Haïtiens illégaux

AZUA.- 15 autres Haïtiens sans papiers, au nombre de 26 au cours des 48 dernières heures, ont été capturés sur le pont Los Pilones par des membres de l'armée G-2 de la République Dominicaine, lorsqu'ils ont été transportés dans un SUV du Comendador au District National. .

Les Haïtiens ont été transportés dans le Chevrolet SUV, noir, plaque d'immatriculation G256467, menée par Andrés Boció Fortuna, membre du Comité central du Parti de la libération dominicaine - PLD-, et ancien consul général dominicain à Port-au-Prince, Haïti.

Au même endroit, il y a 48 heures, 9 Haïtiens sans papiers ont été emmenés et transportés dans une camionnette Nissan, conduite par son propriétaire, l'agronome Tirso Bello Orozco, membre du Parti Révolutionnaire Dominicain (PRD).

Les 15 étrangers ont été transférés du poste de contrôle situé avant de traverser le pont sur la rivière Ocoa, au kilomètre 33 de la route Azua-Bani, à la forteresse José María Cabral, siège de la troisième brigade de l'armée à San Juan. ont été rapatriés dans leur pays, par le poste frontière de Carrizal, à Comendador.

Entre-temps, Andrés Boció Fortuna et son yipeta ont été envoyés au bureau des renseignements du G-2 de l'armée de la République dominicaine, à Saint-Domingue.

De son côté, Andrés Boció Fortuna, lors d'un appel téléphonique à cet éditeur, a rapporté que "les 15 Haïtiens qu'il transportait dans son SUV, c'est qu'il est en train de former une compagnie à Saint-Domingue et qu'il les entraînait à ces fins , et que vous ne pouvez pas interpréter cela comme un trafic avec des personnes sans papiers. "

In : Haiti/Dominican Republic relations 



a
eXTReMe Tracker