Pour la deuxième fois, l'Assemblée nationale n'a pas été en mesure de tenir un vote soit pour étendre le mandat du président ou de choisir quelqu'un d'autre pour le remplacer; citant des problèmes de sécurité l'assemblée nationale a été renvoyée sine die. 


Le parlement haïtien reste profondément divisée sur le sort de Jocelerme Privert, qui est devenu le président de facto d'Haïti après que son mandat de 120 jours a pris fin le Juin 14. 


Ainsi, le pays continue vers une incertitude politique dangereuse avec le potentiel d'aggraver la crise et dérailler tous les efforts qui ont été accomplis jusque là pour l'achèvement du processus électoral entamé depuis octobre 2015.  

Lorsque le mandat constitutionnel de Martelly avait pris fin sans un président élu pour prendre le relais, le Parlement avait sélectionner Privert comme le président par intérim pour 120 jours.  Maintenant que son mandat est terminé, les législateurs semblent être réticents à se prononcer sur son sort pour ne pas perturber ses adversaires ou partisans, laissant la présidence dans les limbes.

Plus tôt cette semaine, le coordinateur spécial américain en Haïti a déclaré que les États-Unis continuent de reconnaître Privert en tant que président du pays, mais les législateurs devraient rapidement faire des éclaircissements.



Kenneth Merten: États-Unis continu de considerer Privert comme Président