10 Sénateurs américain demande au Département d'Etat de forcer le gouvernement haïtien à fermer un orphelinat

Posted by AP on Sunday, February 4, 2018 Under: Diplomatie
Image result for us state department

Dix membres du Sénat américain ont demandé au Département d'Etat de faire pression sur le gouvernement haïtien pour qu'il ferme un orphelinat où plusieurs enfants adoptés par des familles américaines ont été victimes d'abus sexuels.

La lettre indiquait que de «multiples» enfants de l'orphelinat du Foyer Notre Dame de la Nativité, à la périphérie de Port-au-Prince, avaient été testés positifs à l'infection sexuellement transmissible chlamydia et avaient été victimes d'abus.


"Alors que l'agence de services sociaux d'Haïti mène une enquête sur l'orphelinat depuis plus d'un an, rien n'a été fait pour arrêter les abus", a déclaré la lettre du 29 janvier adressée au secrétaire d'Etat adjoint John J. Sullivan.

Eveline Louis-Jacques, directrice de l'orphelinat, a déclaré vendredi que plusieurs enfants dont elle avait la garde avaient été testés positifs à la chlamydiose, mais qu'elle n'avait pas confirmé avoir contracté l'infection à la maison et qu'elle avait nié avec véhémence tout abus.

"Les enfants sont très bien traités", a déclaré Louis-Jacques dans une interview à Associated Press. "Ils ne sont pas dans un orphelinat, ils sont chez moi, avec moi."


L'orphelinat a été le théâtre de tragédies lors du tremblement de terre dévastateur de janvier 2010, lorsque près de 70 enfants y sont morts pendant la catastrophe. Il y a maintenant 60 enfants, âgés de 1 à 16 ans. Louis-Jacques, un ancien directeur de banque, dirige avec son mari de 42 ans et un personnel principalement féminin.


Andolphe Guillaume, un fonctionnaire de l'agence de protection sociale, connu sous ses initiales en français sous le nom de IBESR, a renvoyé des questions sur la situation au directeur exécutif, qui n'était pas disponible vendredi.


Mais Guillaume a montré aux journalistes de l'AP un rapport de décembre montrant qu'au moins six des 33 enfants testés à l'orphelinat, connu en Haïti comme une "crèche", souffraient de chlamydia et recommandaient que les autorités continuent d'enquêter sur les allégations d'abus. Il a dit que les fonctionnaires étaient surpris parce que la maison avait une bonne réputation.

 «Cette crèche est l'une des meilleures d'Haïti, nous ne savons pas comment cela s'est passé», a-t-il déclaré.


Louis-Jacques a déclaré que les enfants pourraient avoir contracté l'infection à la naissance de leurs mères, mais le rapport a déclaré que les parents d'un seul des enfants ont également été testés positifs.


Le nombre total d'enfants qui ont été testés positifs n'est pas connu publiquement. La lettre du Sénat ne fournit pas de détails sur les infections ou les enfants qui ont déclaré avoir également signalé des abus.


En janvier 2017, Nightlight Christian Adoptions, une agence basée à Santa Ana en Californie, a envoyé un email aux parents en train d'adopter qu'une jeune fille récemment amenée aux Etats-Unis de Notre Dame avait été diagnostiquée avec la chlamydia et que son médecin la croyait avait été contracté pendant le temps où l'enfant était à l'orphelinat.


L'agence a déclaré dans le courriel qu'elle pressait l'IBESR de mener une enquête immédiate et de faire examiner tous les enfants par un médecin indépendant.


Le président des veillées de nuit, Daniel Nehrbass, a déclaré que certains enfants avaient contracté l'infection alors qu'ils étaient pris en charge par l'orphelinat, mais il reste possible que l'abus ne se soit pas produit sur les lieux. Il a dit que lui et son personnel ont visité la maison environ 16 fois au cours des dernières années et qu'il se rendra en Haïti la semaine prochaine pour rencontrer le directeur et l'ambassade des États-Unis pour discuter de la situation.


"Il y a des abus qui se produisent et il faut y remédier", a déclaré Nehrbass.


Les personnes en cours de processus d'adoption, qui peuvent prendre plus de deux ans, ont essayé d'obtenir que les autorités américaines accélèrent la paperasserie. Charlotte Gage ou Richmond, Virginie, a dit qu'elle a réussi à obtenir les deux garçons qu'elle et son mari adoptent hors de l'orphelinat mais qu'ils sont toujours en Haïti alors qu'ils attendent les documents finals dont ils ont besoin pour rentrer chez eux. Elle a dit qu'elle était stupéfaite d'apprendre l'abus allégué.


"J'ai senti que mon âme était juste écrasée", a déclaré Gage. "C'était horrible de penser que les enfants étaient violés de cette façon."


La lettre du Sénat a déclaré que le Département d'État devrait non seulement pousser Haïti à fermer la maison et à relocaliser les enfants, mais aussi accélérer les visas et les passeports pour les cas d'adoption approuvés.


Un porte-parole du sénateur de la Floride Bill Nelson, l'un des 10 républicains et démocrates qui ont signé la lettre, a déclaré qu'ils n'avaient pas encore reçu de réponse officielle. Il a été signé par des sénateurs de Floride, de Pennsylvanie, d'Iowa, du Minnesota et de Virginie.


Le département d'État a répondu aux questions que l'ambassade en Haïti est au courant des rapports d'abus et «fournit tous les services consulaires» sans fournir de détails. Il a ajouté qu'il veillait à ce que toutes les adoptions internationales se déroulent dans l'intérêt supérieur de l'enfant.

In : Diplomatie 



a
eXTReMe Tracker